Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Hôpitaux : appel à une nouvelle mobilisation le 2 juillet, découvrez la carte des services d'urgences en grève

- Mis à jour le -
Par , France Bleu

L'intersyndicale CGT-FO-SUD appelle ce mercredi les personnels de l'ensemble des établissements de santé à se mobiliser le 2 juillet et à intensifier la grève en cours aux urgences pour obtenir des hausses d'effectifs et de salaires. Au moins 122 services de toute la France sont touchés.

Manifestation nationale des soignants en colère à Paris, le 11 juin 2019
Manifestation nationale des soignants en colère à Paris, le 11 juin 2019 © Maxppp - Sadak Souici / Le Pictorium

L'intersyndicale CGT-FO-SUD et le collectif Inter-urgences appellent à une manifestation nationale le 2 juillet. Les soignants réclament toujours des hausses d'effectifs et de salaires. Vendredi, la ministre de la Santé Agnès Buzyn, a tenté d'apaiser la colère en promettant 70 millions d'euros de mesures immédiates, dont 55 millions consacrés à la généralisation et la revalorisation d'une prime de risque de 100 euros net mensuels, versée dès juillet à tous les professionnels des services d'urgence, hors médecins.

Des mesures jugées "insuffisantes" par les grévistes. D'après le collectif Inter-Urgences, lancé par une vingtaine d’infirmiers et d’aides-soignants issus de cinq services d’urgences de l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP) du nord-est de la capitale, l'enveloppe octroyée représente une augmentation de "0,08%" du budget hospitalier global pour 2019. Trop "peu pour répondre à la crise majeure que traversent les services d'urgences" estiment ces personnels.

10.000 emplois supplémentaires réclamés

Ils réclament 10.000 emplois supplémentaires, "des lits en aval nécessaires pour le 'zéro patient sur les brancards' et une revalorisation" immédiate de leur salaire, selon les syndicats. Le 11 juin, une centaine de personnes s'étaient rassemblées devant le ministère de la Santé à l'appel de l'intersyndicale. Le 6, plus de 200 personnes avaient défilé dans la capitale à l'appel du collectif Inter-Urgences.

Lancée depuis trois mois, la grève touche désormais 131 services d'urgences dans toute la France selon le collectif qui appelle à une "action" devant les agences régionales de santé (ARS), ce jeudi.

  - Visactu
© Visactu