Infos

Hôtellerie : les prix baissent à Paris, mais augmentent en région

Par Géraldine Houdayer, France Bleu mardi 30 août 2016 à 10:43

Les tarifs des hôtels parisiens baissent sur les six premiers mois de l'année. En cause, l'effet attentats et Airbnb.
Les tarifs des hôtels parisiens baissent sur les six premiers mois de l'année. En cause, l'effet attentats et Airbnb. © Maxppp - Aurelien Morissard

Les tarifs des hôtels ont baissé à Paris durant les six premiers mois de l'année. En cause, l'effet attentats et la concurrence d'Airbnb. Mais ils augmentent en province, même s'ils restent moins chers que dans la capitale.

C'est l'une des conséquences de l'effet post-attentat, mais aussi de la concurrence d'hébergements alternatifs comme Airbnb : les tarifs des hôtels ont diminué à Paris au premier semestre de cette année 2016. C'est le portail de réservation allemand HRS qui a mené cette étude. "A Paris intra-muros, la tendance baissière est nette", explique HRS, même si elle s'est atténuée entre le premier trimestre (-4,8% à 124 euros la nuit) et le deuxième (-2,7% à 142 euros).  "La première explication de ce recul concerne le climat sécuritaire de la capitale qui pèse évidemment sur la fréquentation", à quoi s'ajoute "le développement de modes d'hébergements alternatifs type Airbnb, particulièrement développé à Paris", indique HRS.

Le tarif moyen augmente en province

A l'inverse, les tarifs moyens en province augmentent, après un début d'année difficile. Le premier trimestre a été  compliqué pour Lyon (-5,9% à 102 euros la nuit), Marseille (-5,7% à 87 euros), Strasbourg (-3,2% à 91 euros) et Lille (-2,1% à 97 euros). Mais l'effet de rattrapage a été général au deuxième trimestre avec des hausses dans l'ensemble des grandes villes de province, exceptée Cannes (-3% à 161 euros).

Les plus fortes augmentations à Lille et Marseille 

Entre avril et juin, ce sont les villes de  Lille (+15,5% à 119 euros la nuit), Marseille (+13,5% à 109 euros), Toulouse (+7,5% à 101 euros), Lyon (+6,6% à 113 euros) et Nice (+6,5% à 132 euros) qui ont le plus augmenté leurs tarifs. Les villes qui ont accueilli des matches de l'Euro ont apparemment largement bénéficié de l'effet Championnat d'Europe, contrairement à Paris.

New York redevient la ville la plus chère du monde

En Europe de l'Est et du Nord, les tarifs moyens sont aussi en hausse, comme à Stockholm, Helsinki, Copenhague, Vienne ou encore Prague. En revanche, en Turquie et en Russie"la situation géopolitique a vraisemblablement eu un impact* sur le volume de déplacements et par conséquent sur les tarifs moyens chutent à Istanbul  et Moscou_", précise HRS. New York, qui voit aussi monter en puissance les hébergements touristiques alternatifs, récupère son titre de ville la plus chère du monde (244 euros la nuit ), devant San Francisco (226 euros) au deuxième trimestre. Mais  la moyenne du tarif moyen New-Yorkais est en baisse sur ces deux derniers trimestres.

Partager sur :