Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : La nouvelle éco : comment le coronavirus bouleverse l’économie

Hugo, salarié dans l'industrie et étudiant en chaudronnerie

-
Par , France Bleu Béarn Bigorre

Avoir 20 ans en 2021, c'est aussi assurer son avenir. A l'image d'Hugo Domingos. Etudiant au Pôle Formation Adour de l'IUMM, il alterne ses semaines entre sa vie de salarié en entreprise et celle d'étudiant.

Hugo alterne ses semaines entre l'entreprise et sa formation au Pôle Formation Adour
Hugo alterne ses semaines entre l'entreprise et sa formation au Pôle Formation Adour © Radio France - Eric Bentahar

Avoir 20 ans et préparer son avenir, c'est tout l'enjeu des jeunes apprentis du Pôle Formation Adour de l'IUMM au pied des Pyrénées. Sur le site de Lanne (Hautes-Pyrénées), de nombreux jeunes apprennent un métier de l'industrie pour débuter leur parcours professionnel dans des secteurs en plein recrutement.

Et la pandémie de Covid-19 n'a pas douché les espoirs ni l'enthousiasme de ces jeunes étudiants. A l'image d'Hugo Domingos, élève en Bac Professionnel Technicien en Chaudronnerie Industrielle. S'il a pu débuter sa formation avant l'arrivée du Coronavirus, l'épidémie ne l'empêche pas de préparer son avenir.

Il apprend son métier entre les ateliers du Pôle Formation Adour et les locaux de l'entreprise qui l'emploie à Montégut. "La période a été bénéfique pour moi, car elle a nécessité une plus grande implication dans l'entreprise", explique Hugo Domingos. Et d'autres camarades ont pu trouver des entreprises qui recrutent, qui se développent malgré le contexte sanitaire.

La seule véritable conséquence s'est déroulée durant le premier confinement. "On a du travailler à distance, ce qui est compliqué quand on doit travailler en atelier. Mais on a pu revenir sur place, en suivant des mesures sanitaires." Seule la vie étudiante reste pénalisée, limitée à la présence en cours.

Mais Hugo continue de poursuivre son chemin, entre un emploi et une formation professionnelle. Avec comme perspective de poursuivre ses études, à moins que la voie du travail à temps plein ne l'appelle d'ici l'été !

Pour écouter et réécouter la Nouvelle Eco avec Eco-Altitude rendez-vous ici

Choix de la station

À venir dansDanssecondess