Économie – Social

L'armée attire de plus en plus de Périgourdins

Par Pauline Ben Ali, France Bleu Périgord mardi 6 septembre 2016 à 19:12

Huit jeunes engagés ont signé leur contrat ce mardi à la préfecture de Dordogne à Périgueux.
Huit jeunes engagés ont signé leur contrat ce mardi à la préfecture de Dordogne à Périgueux. © Radio France - Pauline Ben Ali

Huit jeunes périgourdins âgés d'une vingtaine d'années ont signé leur engagement dans l'armée française ce mardi, dans les locaux de la préfecture de Dordogne à Périgueux. Un recrutement qui a quasiment doublé ces dernières années dans le département.

Ce mardi dans les Grands Salons de la préfecture de Dordogne à Périgueux, huit jeunes Périgourdins de 17 à 26 ans, ont signé leur engagement dans l'armée française. Une cérémonie qui s'est faite en présence du chef recruteur de la zone Sud-Ouest au Centre d'Information et de Recrutement des Forces Armées à Périgueux, et de la préfète Anne-Gaëlle Baudouin-Clerc.

Un engagement de 2 à 10 ans

Gérard, le major en charge du recrutement appelle les nouvelles recrues les unes après les autres et énonce leur affectation _"Vous partez pour cinq ans comme engagé volontaire dans les troupes de marine au 8ème régiment parachutiste d'infanterie de marine à Castres...toujours partant ? " _plaisante le militaire face à François, 20 ans, qui signe les papiers sans hésiter.

Des jeunes qui s'engagent par passion.

"C'était un rêve depuis tout petit" explique le jeune homme qui a grandi avec un oncle parachutiste. Et attentat ou non, la motivation de François n'a pas bougé "Je voulais déjà être militaire quand j'avais 18 ans, donc j'avais déjà envie de faire ce choix avant les attentats".

Dans le public, sa mère Catherine applaudit avec fierté, mais avec la boule au ventre "C'est lui qui sera en premier au front, donc ça me stresse, je ne dirai pas le contraire, mais bon je suis une maman quoi" dit-elle en riant.

Je ne l'ai pas du tout encouragé à faire ce boulot. — Christophe, père de Lucas

Lucas, lui, part chez les pompiers de Paris, et suit les traces de son père, également pompier à Sarlat. Pourtant ce dernier affirme qu'il n'a jamais poussé son fils à le suivre sur cette voie."J'ai fait l'inverse les trois premières années, je ne l'ai pas du tout encouragé à faire ce boulot, en étant à Paris, je savais à quelle sauce il allait être mangé, mais bon, j'ai encore plein de contacts là haut donc j'aurai des yeux et des oreilles" blague le père de famille.

Les jeunes recrues signent leur engagement face au major en charge du recrutement et de la préfète de Dordogne Anne-Gaëlle Baudouin-Clerc.  - Radio France
Les jeunes recrues signent leur engagement face au major en charge du recrutement et de la préfète de Dordogne Anne-Gaëlle Baudouin-Clerc. © Radio France - Pauline Ben Ali

Une affectation qui prend effet tout de suite. Lucas, François et leurs six camarades partent chacun dans leur régiment dès mardi soir, pour suivre une formation avant d'être envoyés sur le terrain.

Le recrutement a quasiment doublé en quatre ans

Selon le major en charge du recrutement dans la zone sud-ouest, les jeunes périgourdins sont de plus en plus nombreux à s'engager dans l'armée ces dernières années. "On est passés de 40 à un peu plus de 70 nouvelles recrues entre 2012 et 2016, des chiffres qui ont quasiment doublé".

Le recruteur avance évidemment le facteur des attentats qui motivent certains jeunes à s'engager pour pouvoir servir et défendre leur pays, mais pas uniquement. "Nous avons aussi beaucoup de jeunes qui veulent accéder à des responsabilités tels qu'officiers ou sous-officiers ou tout simplement pour quitter la Dordogne et voir du pays". Le militaire évoque également les différentes campagnes de recrutement mises en place ces dernières années.

L'armée est le premier recruteur de France avec 17.000 nouvelles recrues chaque année.

Partager sur :