Passer au contenu

Le média
de la vie locale

Publicité
Logo France Bleu

Huîtres et moules pâtissent déjà du réchauffement climatique

Par

Le rapport spécial du GIEC estime que le niveau des océans pourrait augmenter jusqu'à 1,10 mètre, alors que l'eau s'acidifie.

Huîtres
Huîtres © Radio France - Catherine Grain

Le Giec (Groupe d'experts sur le climat) publie un rapport spécial su_r les conséquences du réchauffement climatique sur les océans_ et la cryosphère (là où l'eau est solide).

Publicité
Logo France Bleu

Les experts estiment que si rien n'est fait pour enrayer le réchauffement, le niveau des océans pourrait augmenter de 1,10 mètre. Si l'accord de Paris était respecté, l'augmentation serait contenue entre 30 et 60 cm.

"On est en train de perdre la bataille", s'inquiétait mardi soir Emmanuel Macron à la tribune de l'ONU. "Par rapport aux objectifs de l'accord de Paris, le temps est compté et chaque année d'inaction est un danger__", estime Anne-Marie Tréguier, chercheuse à Brest à l'Institut universitaire européen de la Mer. "On est sur une courbe où la température monte continuellement donc il va falloir agir pour stabiliser la température à deux degrés de hausse comme le prévoit l'accord de Paris. Dans le système actuel, c'est un défi énorme."

L'un des problèmes est le réchauffement de l'océan : "On voit déjà des changements sur les océans. C'est grâce à lui qu'on ne ressent pas le réchauffement jusqu’à présent. Il absorbe 90% du réchauffement mais il s'acidifie ce qui est dangereux pour la biodiversité (et pour les huîtres et les moules notamment) et le niveau de la mer monte."

Les coquillages pourraient donc souffrir : "Des collègues ont publié un article qui dit que dans le scénario où on continue à envoyer des gaz à effet de serre on aura des mortalités d’huîtres une année sur deux contre une année sur 10 aujourd'hui. Il y a des migrations d'espèces à cause du réchauffement et des conditions de vie dans les océans. Chaque espèce a une capacité à bouger. Et ces poissons qui arrivent chez nous peuvent prendre la place des espèces endogènes. Car il peut aussi y avoir des espèces invasives."

Ma France : Économies d’énergie

Hausse généralisée du coût de la vie, risque de pénurie d’électricité ou de gaz, phénomènes climatiques extrêmes : ces crises bouleversent nos quotidiens, transforment nos modes de vie, nous poussent à dessiner les contours d’horizons nouveaux. Pour répondre à ces défis, France Bleu et Make.org lancent une grande consultation citoyenne autour des économies d’énergie. Prenez position sur ces solutions & proposez les vôtres !

Publicité
Logo France Bleu