Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Il faut s'attendre à de la casse d'emplois à la SAI Revin

mardi 30 janvier 2018 à 18:00 Par Alexandre Blanc, France Bleu Champagne-Ardenne

Le tribunal de commerce de Compiègne attend le versement de 300 000 euros pour payer les salaires du mois de janvier des 181 employés de SAI avant d'éventuellement statuer sur une offre de reprise portant sur 32 emplois seulement.

Les salariés de SAI réunis devant leur usine de Revin
Les salariés de SAI réunis devant leur usine de Revin © Radio France - Alexandre Blanc

Les 106 salariés venus en bus de Revin s'attendaient à voir le sort de SAI scellé ce mardi lors de l'audience du tribunal de commerce de Compiègne. Mais il n'a été question que du règlement des salaires du mois de janvier. 

Il faut réunir 300 000 euros pour payer les 181 salariés de l'usine de moteurs de machines à laver. Or la trésorerie de SAI, en redressement judiciaire depuis le début du mois de janvier, est à sec. Et il n'est pas certain que le principal actionnaire, Selni, puisse dépanner l'entreprise ardennaise. D'autant que le groupe Selni est par ailleurs assigné en justice par l'Urssaf pour des cotisations impayées pendant 5 ans à hauteur de 1,5 million d'euros sur le site de Nevers. 

Quant à l'ancien propriétaire de SAI, Electrolux, il veut bien payer 85 000 euros pour une commande de 5 000 moteurs livrée en janvier, ce qui serait insuffisant. 

Feu de palettes devant l'usine Selni de Revin - Radio France
Feu de palettes devant l'usine Selni de Revin © Radio France - Alexandre Blanc

Un repreneur pour 32 emplois

Si les 300 000 euros ne sont pas réunis ce mercredi, le tribunal de commerce de Compiègne peut prononcer la liquidation judiciaire avec éventuellement une poursuite d'activité puisqu'un repreneur a manifesté son intérêt. Il s'agit de Delta Dore, fabricant breton d'automatismes pour volets roulants. 

Le plan de reprise ne prévoirait que le maintien de 32 emplois sur 181. Les offres de reprise doivent être déposées avant le 9 février. Le tribunal de commerce de Compiègne statuera le 14 février