Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social DOSSIER : France Bleu partenaire des Restos du Cœur

"Il me reste 12 € par mois pour nourrir mes enfants" : paroles de bénéficiaires des Restos du Cœur à Châteauroux

mardi 27 novembre 2018 à 20:01 Par Marie-Coralie Fournier, France Bleu Berry

La campagne d'hiver des restos du Cœur a commencé ce mardi dans toute la France et notamment dans l'Indre. France Bleu Berry a rencontré des bénéficiaires au centre de distribution d'Anvaux à Châteauroux, le plus gros centre du département.

Les bénévoles des Restos du Cœur au centre d'Anvaux, à Châteauroux.
Les bénévoles des Restos du Cœur au centre d'Anvaux, à Châteauroux. © Radio France - MC Fournier

Châteauroux, France

Les Restos du Cœur ont lancé ce mardi leur 34ème campagne d'hiver dans toute la France, et notamment dans le Berry. A Châteauroux, les bénéficiaires sont venus par centaines au centre de distribution d'Anvaux, le plus gros du département de l'Indre, où la première distribution de repas s'est tenue dans l'après-midi.

12 € par mois

Parmi eux, Aurélia, 33 ans, mère célibataire de deux enfants. Elle touche 494 € par mois : "Quand toutes les factures sont payées, il me reste 12 €". Alors elle a fini par pousser la porte des Restos l'an dernier, sans le dire à ses enfants. "Parfois, il me demande pourquoi je n'ai pas pris ça ou ça pendant les courses... je réponds qu'il n'y avait pas." Les Restos lui donnent six repas pour la semaine : "la priorité c'est les enfants. Si moi je saute un repas, ce n'est pas grave mais pour eux, il faut de quoi manger sur la table".

Une aide indispensable

Jean-Luc est lui sans ressource, il suit actuellement une formation. il fréquente les Restos du Cœur pour le deuxième hiver, avec humilité : "Quand on pousse la porte, l'estime de soi descend d'un échelon... c'est difficile" confie-t-il. Avant de reconnaître que cette aide alimentaire est indispensable pour lui, "pour manger, tout simplement".

Bénévoles et bénéficiaires à la fois

Michel et Béatrice sont arrivés à Châteauroux cette année. "Avant, on vivait bien. Et puis on est tombé dans des difficultés financières pas possibles... ce n'est plus possible de manger." Ils ont choisi de se rendre aux Restos, mais en devenant aussi bénévole. "Pour nous, c'est une mentalité. On reçoit mais on donne aussi à ceux qui ont besoin". Et ils espèrent "rester bénévole, mais ne plus être bénéficiaires".