Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

"Il ne sert à rien de manifester" : l'Umih Berry appelle les restaurateurs et cafetiers à la patience

-
Par , France Bleu Berry

Les bars, restaurants et discothèques resteront fermés jusqu'en janvier 2021. Leur fardeau est quelque peu soulagé suite aux nouvelles mesures de soutien aux entreprises. Le syndicat majoritaire de la profession n’appelle pas à manifester mais demande davantage d'aides au niveau local.

Le bar L’Imprévu sur la place Monestier à Châteauroux.
Le bar L’Imprévu sur la place Monestier à Châteauroux. © Radio France - Emeline Ferry

Les restaurants, cafés et les bars ne devraient pas rouvrir avant le 20 janvier 2021. C'est également le cas des discothèques. Valentin Pinault est le gérant de deux établissements castelroussins : le bar l'Imprévu et l'After, une boîte de nuit. Comptoirs et piste de danse ne verront pas de clients pendant encore deux mois entiers, mais les gouvernement annonce de nouvelles mesures de soutien. 

Il y a eu un gain de lucidité

Après l'extension du fonds de solidarité aux entreprises jusqu'à 50 salariés, un nouveau mode de calcul des indemnités a été proposé. Les entreprises concernées pourront opter pour une compensation à hauteur de 20% du chiffres d'affaires réalisé l'année précédente. "Nous avons enfin entendu le mot "discothèque" dans la bouche du président de la République, c'est déjà rassurant, salue Valentin Pinault. Ce qui est intelligent, c'est que le gouvernement s'est rendu compte que 10 000 euros d'aides mensuelles, ça faisait doucement rire les entreprises qui font quelques millions d'euros de chiffre d'affaires. Il y a eu un gain de lucidité."

La période reste très difficile, notamment psychologiquement. D'autant plus que la reprise d'activité, début 2021, risque d'être brutale financièrement. "C'est la réouverture va être dramatique. Quand on va rouvrir en janvier-février, qui est la période la plus pourrie de l'année, on va devoir payer tous les étalements : les loyers impayés, l'URSSAF ...", redoute-t-il. 

Pas de manifestation en vue 

Les représentants syndicaux des industries hôtelières en Berry, l'Umih, saluent également ces mesures. Contrairement à d'autres délégations départementales du syndicat, l'UmihBerry n'appellera pas les cafetiers et restaurateurs à manifester. "Nous avons décidé que cela ne servait à rien de manifester, sinon de contenter certains énervés, livre Véronique Gaulon, présidente du syndicat pour l'Indre et le Cher. Cela n'a pas permis aux libraires d'ouvrir plus tôt. On peut comprendre d'être fermés. Notre combat n'est pas d'aller dans la rue pour crier. Notre boulot, c'est d'aller chercher des aides financières pour surmonter cette crise". Un avis que d'autres sections de l'Umih dans la région ne partagent pas. Le président du syndicat dans le Loiret a déjà annoncé des manifestations. 

Il y aussi dans notre secteur des aides locales qui peuvent nous être apportées sur lesquelles nous travaillons

Même si il ne devrait pas y avoir de manifestations en Berry, la présidente du syndicat pour les deux départements souhaite tout de même aller plus loin. Et changer d'angle d'attaque. "Il y a le combat de l'Umih au niveau national [...], il y aussi dans notre secteur des aides locales qui peuvent nous être apportées sur lesquelles nous travaillons.", poursuit Véronique Gaulon. Exonérations sur les CFE, de taxes d'enseigne, d'ordures ménagères ... le syndicat entend bien muscler le jeu.

L'Umih Berry a notamment adressé un courrier à toutes les communautés de communes de l'Indre et du Cher pour les inciter à prendre exemple sur la communauté de communes de Douai (Nord). La collectivité a en effet décidé de prendre en charge les loyers des commerces fermés administrativement de façon obligatoire pendant ce confinement.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess