Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

"Il va falloir se retrousser les manches si on veut que l'activité économique puisse repartir" dit la CPME

-
Par , France Bleu Saint-Étienne Loire

Emmanuel Macron doit s'exprimer ce vendredi dans la presse quotidienne régionale pour esquisser les contours du déconfinement à venir. En attendant de possibles annonces, la Confédération des petites et moyennes entreprises de la Loire s'inquiète des soucis de recrutements dans plusieurs secteurs.

La grille d'un restaurant fermé, en novembre 2020.
La grille d'un restaurant fermé, en novembre 2020. © Radio France - Philippe Paupert

Toujours pas de calendrier clair et précis concernant le déconfinement. Le gouvernement se donne du temps. C'est le président Emmanuel Macron qui devrait en dessiner les premiers contours ce vendredi, dans la presse quotidienne régionale. Les patrons de bars et de restaurants espèrent toujours une réouverture de leurs terrasses mi-mai, à condition d'avoir les bras pour pouvoir le faire. "Il est vrai qu'il y a des problèmes de recrutements dans certains secteurs", confie Éric Digonnet, le vice-président de la Confédération des petites et moyennes entreprises de la Loire.

RÉÉCOUTER - Éric Digonnet, vice-président de la Confédération des petites et moyennes entreprises dans la Loire.

Motiver les futurs salariés grâce à la rémunération

"Il va falloir se retrousser les manches si on veut que l'activité économique puisse repartir. Plus de bras, peut-être que certains manquent de motivation", poursuit-il. "La pandémie a remis en cause beaucoup de choses. Certaines personnes se sont remises en question, ont changé de voie. D'autre ont peut-être goûté une vie un peu plus paisible. Je pense que les entreprises en sont conscientes. Il faudra motiver les collaborateurs à travers la rémunération, avec des parts fixes et peut-être aussi des parts variables qui vont sûrement se développer dans les années futures."

Renforcer les fonds propres des entreprises

Un équilibre pas facile à trouver alors que de nombreuses entreprises sont déjà dans le rouge financièrement. "C'est pour cela que je milite depuis des années pour que les entreprises puissent avoir des fonds propres de plus en plus solides. Il faudrait que l'État puisse nous accompagner, par exemple par une non-imposition des premiers bénéfices des entreprises, qu'elles soient jeunes ou moins jeunes."Mais pour le vice-président de CPME de la Loire, la reprise économique sera belle, même si elle est progressive. "A partir de la deuxième quinzaine de mai, il devrait y avoir une petite lueur d'espoir pour les restaurateurs et les bars qui souffrent beaucoup. Il y a beaucoup d'impatience de retrouver une vie sociale, et même la réouverture partielle ne va pas remplir les caisses ni solutionner tous les problèmes, c'est une belle opportunité."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess