Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social DOSSIER : Le plus de l'info de France Bleu Belfort Montbéliard

Il y a 20 ans, les 35 heures étaient appliquées dans le nord Franche-Comté

vendredi 9 février 2018 à 8:41 Par Wassila Guittoune, France Bleu Belfort-Montbéliard

Les 35 heures ont 20 ans cette année : le 10 février 1998, la loi Aubry 1 était adoptée en première lecture à l'Assemblée nationale. Une loi historique qui a instauré à 35 heures la durée légale hebdomadaire du travail en France.

Selon l'Insee, la loi sur les 35h a abouti à la création d'environ 350.000 emplois entre 1998 et 2002 (Photo d'illustration)
Selon l'Insee, la loi sur les 35h a abouti à la création d'environ 350.000 emplois entre 1998 et 2002 (Photo d'illustration) © Radio France - FRANCK VALENTIN

Belfort, France

Sandra Parent, secrétaire régionale de la CFDT pour le secteur Belfort-Montbéliard se souvient encore du passage aux 35 heures au sein de son entreprise, Enedis, où elle venait alors d'être embauchée : "J'entendais beaucoup les salariés dire que c'était un bonheur, qu'ils pouvaient prendre leur après-midi, récupérer leur enfant à l'école. La loi sur les 35 heures a été un plus dans la conciliation entre vie professionnelle et vie professionnelle".

Des problèmes d'organisation au sein des entreprises

En revanche, du côté des patrons d'entreprises, la CPME est moins enthousiaste. Son président dans le Territoire de Belfort, Louis Deroin, affirme que lors du passage aux 35 heures, certains commerces, certains artisans n'ont eu d'autre choix que de fermer leur boutique une après-midi de plus par semaine : "Quand on a un ou deux collaborateurs, et qu'il faut assurer les heures d'ouvertures, soit on paye en heures supplémentaires quand on en a les moyens, soit on ouvre moins souvent son commerce".

"Beaucoup seraient assez favorables à ce qu'on puisse revenir sur les 35 heures, ou plutôt à ce qu'il y ait plus de souplesse" estime Louis Deroin. Le président de la CPME dans le Territoire de Belfort explique que cela permettrait "à chaque patron, en tout intelligence avec ses salariés, de s'adapter aux problématiques de l'entreprise : des moments où il y a des creux, des pics d'activités."