Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

"Il y a des primes pour ceux qui tuent le plus" : Chris, un ancien employé d'un abattoir témoigne

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Périgord, France Bleu

Il affirmait avoir travaillé pour la Sobeval, Chris est depuis revenu sur ses déclarations. Cet homme a bien travaillé dans un abattoir mais jamais à la Sobeval.

Chris a travaillé pendant huit mois à l'abattoir Sobeval
Chris a travaillé pendant huit mois à l'abattoir Sobeval © Radio France - Laurence Méride

Lors de la manifestation organisée à Périgueux samedi 29 février pour demander la fin de l'abattage des animaux sans étourdissement, un homme a pris la parole. Chris a affirmé avoir été employé de l'abattoir de la Sobeval. Quelques jours plus tard, il a reconnu avoir menti. Cet homme déclare avoir bien travaillé dans un abattoir mais jamais à la Sobeval

Chris reconnaît avoir menti

Même s'il n'a pas voulu divulguer son nom de famille, il a décidé de témoigner à visage découvert sur les conditions de travail sur la chaîne d'abattage de l'abattoir parisien dans lequel il a travaillé : "La barbarie, l'égorgement, le réveil d'animaux sur les chaines de dépeçage, ce n'est pas normal."  

Son intervention terminée devant la centaine de manifestants venus pour l'occasion, Chris a les larmes aux yeux : "J'ai vu des animaux le cou tranché, vomir par la gorge. Ce sont des choses que l'on n'oublie pas. Compte tenu de mes valeurs, je ne pouvais pas continuer à travailler.

Depuis plusieurs mois, Chris souhaitait alerter l'opinion publique sur les conditions de travail dans les abattoirs. Mais la tâche s'est avérée plus compliqué qu'il le croyait : "Nous n'avons pas le droit au portable pendant nos heures de travail. Un jour, j'ai quand même essayé d'en dissimuler un afin de prendre des photos mais il y a trop de caméras de surveillance. De plus, il y a une pression de la hiérarchie et des employés pour ne pas parler de ce qui se passe à l'intérieur."

La vidéo d'L214 provoque la suspension temporaire de la Sobeval 

Le jeudi 20 février, une vidéo de L214, tournée entre novembre et décembre 2019, est publiée sur internet. Elle dénonce des erreurs dans l'étourdissement des veaux et de mauvaises pratiques pour l’abattage Casher et Halal à l'abattoir Sobeval situé à Boulazac en Dordogne. 

Vendredi 28 février, le ministère de l'Agriculture a demandé la suspension de l'abattoir, dix jours après la diffusion de la vidéo choc et après une inspection de l'abattoir à Boulazac.
Dans un communiqué publié ce samedi, la filière viande demande la réouverture de l'abattoir dès mardi prochain. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu