Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

"Il y a le soleil, Dieu et Georges Thiol" : les salariés de la charcuterie mayennaise n'en peuvent plus

vendredi 4 mai 2018 à 12:22 Par Germain Treille, France Bleu Mayenne

L'entreprise a perdu son agrément sanitaire. Le Préfet, qui a rencontré une quinzaine d'ouvriers, regrette que le dirigeant mette en péril l'avenir de la société. Une situation qui exaspère les 75 salariés.

La charcuterie Thiol à Mayenne
La charcuterie Thiol à Mayenne - capture d'écran

Mayenne, France

"Il y a le soleil, Dieu et Georges Thiol" s'emporte un salarié, agacé. Georges Thiol règne en maître sur son entreprise. Et il n'a pas l'intention de passer la main. Ni à son fils, avec qui il est en froid. Ni à un éventuel repreneur. De toute façon, si l'on en croit les salariés, il n'a aucune intention de vendre sa société. Et il croit même que ça va repartir, il chercherait même à recruter, des commerciaux notamment.

La charcuterie Thiol a déjà perdu la plupart de ses clients, en France et à l'étranger

_"C'est du vent, il se fout de nous"lance un employé, plus de 20 ans de boite au compteur. "Il est riche, il se croit au-dessus des lois"_ explique un autre. Mais sans agrément, aucune possibilité de reprendre la production et la vente. 

Une attente insupportable pour les salariés

Et, du coup, l'image de l'entreprise se dégrade. Une image ternie, des clients, comme Métro, qui rompent les contrats. A l'étranger, la charcuterie Thiol, connue pour ses exportations, perd des marchés importants. En Allemagne, en Angleterre, en Asie. "On n'a plus d'espoir" se désole une salariée. Les employés de la société mayennaise reçoivent leurs salaires mais ne font plus rien depuis janvier. Certains sont sur le point de craquer. Une attente qui devient insupportable. Car l'examen d'une nouvelle demande d'agrément pourrait durer des mois.