Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Emploi en Ile-de-France : les Franciliennes mieux loties que les autres Françaises mais la parité est encore loin

mercredi 7 mars 2018 à 16:43 Par Martine Bréson, France Bleu Paris

L'Insee Ile-de-France a publié mercredi une étude sur les inégalités femmes-hommes au travail. Si les femmes sont plus nombreuses à travailler en Ile-de-France qu'ailleurs, les inégalités restent fortes dans notre région. La grande couronne concentre les plus fortes disparités.

Egalité homme/femme.
Egalité homme/femme. © Maxppp - CLEMENT MAHOUDEAU

Île-de-France, France

Selon l'étude de l'Insee publiée mercredi, les Franciliennes en moyenne sont mieux loties que les femmes des autres régions. Elles occupent plus souvent un emploi que celles qui habitent en dehors de l'Ile-de-France. Leur salaire est un peu plus haut car elles font plus souvent un métier mixte ou à dominance masculine, mieux payé. Elles sont aussi moins souvent à temps partiel. Ça c'est pour les femmes de notre région comparées aux autres femmes en France métropolitaine. 

En Ile-de-France, on est encore loin de l'égalité homme/femme au travail 

L'étude, qui porte sur l'année 2014, montre qu'il y a encore des écarts importants entre hommes et femmes en Ile-de-France en matière d'accès à l'emploi. Les femmes se retrouvent davantage dans des situations aux frontières du chômage que les hommes. Même constat pour le temps partiel. Les hommes ont plus souvent un CDI que les femmes et ce sont surtout les hommes qui occupent les postes de cadre. Quant au salaire horaire, celui des femmes est en moyenne, en Ile-de-France, inférieur de 17,5% à celui des hommes.

Emploi : les écarts femme/homme en Ile-de-France. (BIT : bureau international du travail) - Aucun(e)
Emploi : les écarts femme/homme en Ile-de-France. (BIT : bureau international du travail) - Copie d'écran document Insee

C'est dans les territoires urbains défavorisés que l'écart est le plus important

Sur ces territoires on compte 10% de familles nombreuses, a estimé l'Insee. Dès l'arrivée du second enfant, les femmes cherchent moins à travailler. Cela peut s'expliquer, indique l'étude, par les difficultés à trouver un mode de garde. Les femmes trouvent aussi moins de travail sur ce territoire à cause de l'importance de l'emploi ouvrier qui s'adresse plus aux hommes.

L'étude de l'Insee montre que les écarts d'accès à l'emploi entre femmes et hommes sont particulièrement forts au nord-est de Paris. Avec près de 9 points, ces écarts font partie des plus importants.

Les Yvelines et le sud de la Seine-et-Marne ne sont pas épargnés.

Les Hauts-de-Seine sont plus favorisés. La population est plus jeune, il y a moins de couples avec enfants, les écarts de taux d'emploi sont moins marqués.  

Les disparités sont plus fortes en grande couronne

C'est vrai surtout en matière de salaires, de temps partiel ou de stabilité de l'emploi. Ces différences s’observent surtout dans les territoires plutôt ruraux de la grande couronne (ouest du Val-d’Oise, Yvelines hors axe Seine, ouest et sud de l’Essonne et est et sud de la Seine-et-Marne). Les femmes y vivent le plus souvent dans une famille avec enfants. Il y a peu de transports et peu d'entreprises. Ceux qui travaillent doivent faire beaucoup de trajets pour se rendre dans leur société. Tout ça  constitue un frein à l’activité des femmes.

Quant au salaire net mensuel médian des femmes, ramené à un temps complet, il est inférieur de 355 euros à celui des hommes en grande couronne, soit plus du double de la petite couronne.

Les femmes défavorisées dans les territoires qui ont beaucoup d'emplois de cadre 

Dans le centre et sud des Yvelines et à l'ouest de l'Essonne, un emploi sur quatre est un emploi de cadre. Du coup, comme les conjoints ont de hauts revenus, les femmes s’orientent plus souvent vers un temps partiel, analyse l'Insee. Les disparités salariales sont fortes. 

Le temps de la parité

Entre 2006 et 2014, les inégalités d'accès au marché du travail ont diminué surtout dans les territoires les plus favorisés. Les femmes sont moins à temps partiel. Les femmes sont aussi plus nombreuses à avoir accès à des postes à responsabilité. Le nombre de femmes cadres est en hausse et entraîne la diminution de l'écart avec les hommes.

Le 21 mars 2017, le premier Plan régional en faveur de l'égalité professionnelle entre femmes et hommes a été signé. Il doit permettre d'améliorer les connaissances des inégalités.