Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Ile-de-France : "Les professionnels du tourisme sont en mode survie" selon un cabinet d'études

-
Par , France Bleu Paris

Selon l'INSSE, l’Île-de-France a perdu quatorze millions de touristes au premier semestre et le second ne s'annonce pas bien meilleur. À l'heure de faire le bilan de 2020 pour le secteur, le cabinet ProTourisme estime que la reprise n'est pas attendue avant la deuxième partie de l'année 2021.

À Montmartre, les touristes se font très rares.
À Montmartre, les touristes se font très rares. © Maxppp - Olivier Corsan

C'est la nouvelle qui est venue plomber le moral du secteur touristique, déjà en grande difficulté. La France a décidé, dimanche 20 décembre, de suspendre les liaisons ferroviaires, maritimes et aériennes en provenance du Royaume-Uni, à cause d'une souche plus contagieuse du coronavirus. Pendant 48 heures, aucun Britannique ou résident de Grande-Bretagne ne pourra mettre le pied sur le sol français.  

"Ce qu'il y a d'absolument dramatique avec cette situation, c'est que le fait que l'on ne puisse pas accueillir la clientèle britannique passe au second plan pour les acteurs du tourisme, tellement le marasme est considérable", se désespère Didier Arino, directeur général du cabinet d'études ProTourisme, invité de France Bleu Paris, ce lundi 21 décembre. 

Trois fois moins de nuitées entre janvier et octobre

Dans un récent rapport, l'INSSE a estimé que l’Île-de-France a perdu 14 millions de touristes au premier semestre, et que dans le même temps, le nombre de nuitées est passé de neuf millions en janvier, à seulement trois, en octobre. 

"Les professionnels du tourisme sont en mode survie. Ils essaient juste de vivre au jour le jour. Le secteur du tourisme, c'est un petit peu la variable d'ajustement, poursuit Didier Arino. On est à plus de 1.000 milliards d'euros de pertes pour le tourisme international, à plus de 80 milliards pour le tourisme français. Il manque la clientèle de loisirs mais c'est surtout l'écroulement du tourisme d'affaires qui a généré une baisse de 80% sur Paris et l'Ile-de-France." 

La région Île-de-France plus touchée que les autres

Alors que d'autres régions tirent leur épingle du jeu, notamment sur le littoral, l'Île-de-France n'arrive pas à attirer des touristes. "C'est la région la plus touchée car elle dépend des deux segments les plus affectés. C'est-à-dire une très grande dépendance à la clientèle internationale qui représente plus de la moitié de la fréquentation et cette clientèle n'est plus là. Et puis une dépendance du tourisme d'affaires, de congrès et de rencontres professionnelles", explique Didier Arino.

Reste cette incertitude : quand la situation sera-t-elle meilleure ? "On sait très bien lorsqu'il y aura une reprise, cette reprise sera très forte. Mais ça n'arrivera pas au premier semestre 2021."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess