Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Illange : les habitants sont inquiets, alors que l'usine Knauf est en période de rodage

-
Par , France Bleu Lorraine Nord

Depuis plusieurs semaines, l'usine Knauf a démarré sa période de rodage avant une mise en service effective en septembre. Mais les habitants d'Illange et des alentours s'inquiètent des potentielles nuisances liées au fonctionnement de l'entreprise qui fabrique de la laine de roche.

L'usine Knauf est située dans la mégazone à Illange.
L'usine Knauf est située dans la mégazone à Illange. © Radio France - Emeline Ferry

Illange, France

Si vous êtes passé sur l'A31 ces derniers temps, vous avez peut-être aperçu des fumées, émanant d'une grande cheminée rouge et blanche. C'est l'usine Knauf, installée dans la mégazone à Illange, qui a démarré sa période de rodage, avant une mise en service effective au mois de septembre. L'usine rejette des fumées, surtout la nuit en ce moment, mais les riverains s'inquiètent des potentielles nuisances.

Depuis l'annonce de l'installation de Knauf, des habitants s'y opposent, inquiets des éventuelles conséquences sur l'environnement et sur la santé. Ce qui leur fait peur, c'est l'utilisation du coke, un dérivé du charbon, pour fabriquer les 100.000 tonnes de laine de roche qui sortiront de l'usine chaque année.

On se dit qu’on a X tonnes de poison qui vont retomber sur tout le grand Thionville

Ils craignent que des résidus toxiques retombent sur le village, et notamment sur le terrain de foot et l'école à quelques centaines de mètres du site. "Je ne comprends pas qu’on puisse implanter une usine de charbon en 2019. On a un peu l’impression d’avoir les mains liées, on ne sait pas quelles seront les répercussions", explique Cynthia, qui travaille dans le village.

Des riverains qui craignent des nuisances

Quand elle ouvre la fenêtre de sa chambre, Danielle aperçoit la grande cheminée rouge et blanche, pile en face de chez elle. "On a les nuisances visuelles, sonores et olfactives en premier plan. Il y a 30 ans, quand on a investi dans cette maison, ce n’était pas pour avoir ce désastre environnemental aujourd’hui", raconte cette riveraine qui fait partie d'un collectif d'opposants à l'usine. L'association Stop Knauf Illange compte environ 400 membres, mobilisés depuis l'annonce du projet de cette usine dans la mégazone. 

Depuis que l'usine a démarré sa période de rodage, Guy Vignard, président de l'association, dit avoir déjà constaté des nuisances. "Des dégagements de fumées, dont on ne connaît pas véritablement la composition. Si on se réfère aux études, il y a quand même au minimum 13 polluants. Ce qui est fort gênant depuis quelques temps, c’est le bruit des trémies la nuit, les odeurs âcres, les enseignes lumineuses, qui devraient être éteintes à 1h du matin, qui restent allumées toute la nuit. On se dit qu’on a X tonnes de poison qui vont retomber sur tout le grand Thionville", déplore-t-il.

La nature autour de l’usine va absorber tout ce qui sort de cette cheminée

"Il faut bien que les gens aient un travail, il faut bien que l’industrie et l’économie prospèrent, mais utiliser des techniques issues du 19e siècle, alors qu'on dit partout qu’il faut être innovant, qu’il faut respecter la nature... Il y a une incohérence totale", ajoute le président du collectif, qui prévoit de se mobiliser à nouveau à la rentrée, quand la mise en service de l'usine sera effective. Malgré leur recours en référé qui a été rejeté, les opposants espèrent un jugement devant le tribunal l'an prochain.

Guy Vignard, président de l'association "Stop Knauf Illange" dit avoir constaté des nuisances depuis que l'usine est en rodage

Chez les agriculteurs, on s'inquiète aussi. Régis Paul est éleveur et producteur bio à Distroff, à quelques kilomètres d'Illange. Depuis son champ, il voit la grande cheminée rouge et blanche, et s'interroge. "On est au courant des méfaits de tout ce qui sort de cette cheminée. La nature autour de l’usine va absorber tout ce qui sort de cette cheminée", estime-t-il.

Dans les rues d'Illange, on aperçoit la grande cheminée rouge et blanche de l'usine Knauf, à quelques centaines de mètres. - Radio France
Dans les rues d'Illange, on aperçoit la grande cheminée rouge et blanche de l'usine Knauf, à quelques centaines de mètres. © Radio France - Emeline Ferry

"Aujourd’hui, plus que jamais, on va devoir consommer local, et donc on va consommer ce qui sort de cette usine, et qui retombe sur mes terrains. Je me demande quelle sera notre alimentation saine demain. Moi, en faisant du bio, en prenant soin de mes bêtes et de mes plantes, si j’ai un voisin comme Knauf, j’ai beau faire l’effort que je veux, je n’y arriverai pas. Et quand on me demandera s’il y a de la pollution qui vient sur mes cultures, je ne saurai pas quoi répondre", explique le jeune agriculteur, désabusé.  

Régis Paul, agriculteur bio à Distroff, s'inquiète des conséquences pour sa production et pour ses bêtes.

20 millions d'euros de retombées économiques chaque année

À l'heure où tous les citoyens sont invités à faire des efforts pour l'environnement, les habitants d'Illange et les opposants à l'usine disent avoir l'amère impression que tout est permis pour les gros pollueurs. 

De son côté, Knauf assure que tout est mis en oeuvre pour limiter les rejets et l'impact sur la santé. Le groupe allemand Knauf promet 123 emplois en CDI à Illange, et prévoit 20 millions d'euros de retombées économiques pour la région chaque année.

Reportage dans les rues d'Illange, où les habitants sont plutôt inquiets.

Choix de la station

France Bleu