Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Ils conçoivent les sous-marins de demain chez Naval Group Cherbourg

-
Par , France Bleu Cotentin

Créée en 2018 sur le site de Naval Group à Cherbourg, l'école des métiers de la conception navale s'étoffe en 2021. Dès septembre, elle va proposer des cursus en alternance pour cinq métiers liés aux sous-marins. En trois ans, 85 personnes ont été formées, et 76 ont débouché sur un CDI.

Sophie et Kévin ont intégré deux formations au sein de l'école des métiers de la conception navale à Cherbourg
Sophie et Kévin ont intégré deux formations au sein de l'école des métiers de la conception navale à Cherbourg © Radio France - Pierre Coquelin

C'est l'un des instruments les plus sophistiqués jamais réalisés par l'homme. Un sous-marin est un petit bijou de technologie, avec ces centaines de milliers de composants. "On a besoin de compétences très spécifiques. La formation ne peut se faire qu'à Naval Group car on a des _besoins importants sur les programmes à venir_, notamment l'Australie et les sous-marins nucléaires lanceurs d'engins (SNLE) de troisième génération. On est sur des métiers qui demandent un long délai d’acquisition des compétences", souligne la directrice de l'école des métiers de la conception navale, Sandra Romero. 

Grâce à ces cursus de 12 mois, on arrive à avoir en un an des personnes qui ont un niveau de trois ans d'expérience sur le terrain - Sandra Romero, directrice de l'école des métiers de la conception navale

Cette école interne à Naval Group a été créée en 2018. Depuis, elle a formé 85 personnes en alternance, dont 76 sont en CDI désormais. Des cursus de 12 mois ouverts à des candidats en Bac +2 avec un bagage de technicien. C'est le cas de Thomas, 19 ans. Après un Bac scientifique, il a fait un DUT électrique et informatique en alternance chez Efinor pendant deux ans. Le jeune homme vient d'arriver dans la promotion intégrateur-projeteur. En gros, ceux qui aménagent l'intérieur des sous-marins. Pour Thomas, c'est une histoire de famille : son père travaille lui aussi à Naval Group. _"J'entends parler de sous-marins depuis que je suis tout petit_. J'adore la conception en 3D, c'est un peu comme un jeu vidéo. il y a un côté ludique", explique le Manchois, qui est le plus jeune de sa promo. 

Cinq métiers

Intégrateur-projeteur, c'était jusque là la seule formation en conception proposée à l'école. Mais, en 2021, elle s'étoffe de quatre nouvelles formations :

  • coque et structures (depuis janvier) : réaliser les études de conception de l'ossature du sous-marin
  • systèmes (depuis janvier) : planche sur les questions d'énergie, de vie à bord, de sécurité ou encore de mobilité
  • technologies (depuis janvier) : travail de veille sur les innovations 
  • méthodes d'industrialisation (en septembre) : c'est le chaînon entre conception et production
"J'adore la conception en 3D, c'est un peu comme un jeu vidéo", explique Thomas, en formation intégrateur-projeteur
"J'adore la conception en 3D, c'est un peu comme un jeu vidéo", explique Thomas, en formation intégrateur-projeteur © Radio France - Pierre Coquelin

En ce moment, 50 alternants travaillent au sein de l'école. "J'avais envie de participer à une aventure : concevoir un bateau de haute technologie, avec un intérêt national et international. Participer aussi à l'effort d'une entreprise qui veille à la sécurité nationale", résume Sophie, une Cherbourgeoise de 48 ans. Après 15 ans à son compte dans le développement informatique, elle a intégré une formation l'an dernier auprès de l'Afpa en conception industrielle. C'est là que la Manchoise a découvert le cursus coque et structure chez Naval Group. Pour elle, ce qui fait la richesse de la formation c'est que les élèves viennent "d'horizons et de régions différents. On n'a pas l'impression d'être à l'école", confie Sophie. En effet, sur les premières promotions, il y a avait 70 candidats issus pour 90% de la Manche ; aujourd'hui, on est sur 400 candidats, dont 20% seulement vient du département. 

Kévin, 34 ans, travaille quant à lui sur les systèmes (hydrauliques, électriques, ordures, etc.) à l'intérieur du navire. Il avait envie de rejoindre un bureau d'études, sans quitter l'aspect chantier. Cet ancien chargé d'essais à l'EPR de Flamanville est tombé sur cette formation via les réseaux sociaux. "Les techniques évoluent assez vite, mais un sous-marin, c'est une construction sur une dizaine d'années au total", explique Kévin, qui va bientôt plancher sur le programme SNLE 3G. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess