Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Ils dorment dans un magasin Castorama pour demander des hausses de salaires

jeudi 10 janvier 2019 à 11:44 Par Stéphane Barbereau, France Bleu Nord et France Bleu

Une dizaine de salariés du plus ancien magasin Castorama de France, à Englos, près de Lille, ont passé la nuit sur leur lieu de travail. Ils réclament des hausses de salaires et le versement de la prime "Macron".

Le groupe Castorama emploie 12 000 personnes en France
Le groupe Castorama emploie 12 000 personnes en France © Maxppp - Sébastien Jarry

Lille, France

On les voit allongés sur des canapés ou des sacs de granulés de bois. Une dizaine de salariés du magasin Castorama d'Englos, dans la métropole lilloise, ont passé la nuit de mercredi à jeudi sur leur lieu de travail pour améliorer leur pouvoir d'achat.

Dans un communiqué, la direction de l'enseigne de bricolage condamne cette "présence illégale dans le magasin de 12 personnes pour des raisons liées à la sécurité des biens et des personnes"

Revendication salariale

Les négociations salariales sur l'année 2019 se sont achevées en décembre dernier et prévoient une hausse de 0,78% pour les salariés et 5,69% pour les cadres dirigeants selon Jean-Paul Gathier, délégué syndical Force Ouvrière

Les richesses produites par les salariés sont captées par les dirigeants et les actionnaires

Du côté de la direction, on affirme que les hausses de salaires tournent plutôt autour de 1% quelle que soient les catégories de salariés. FO demande une augmentation mensuelle de 100€ nets et rappelle les bénéfices réalisées en 2017 par la maison-mère de Castorama, le groupe britannique Kingfisher qui se chiffrent à 200 millions d'euros. Il y a également eu les sacrifices consentis par les employés avec un plan social annoncé en 2018 et qui a abouti à la suppression de 450 postes avec la délocalisation vers la Pologne du service comptabilité. La comptabilité qui s'est donc rajoutée au travail des agents restant dans le groupe selon Force Ouvrière qui rappelle que les premiers niveaux de salaires chez Castorama commencent désormais au niveau du smic aujourd'hui alors qu'ils étaient 7% supérieur au salaire minimum il y a encore quelques années souligne Jean-Paul Gathier : 

On paupérise l'ensemble l'ensemble des chevilles ouvrières qui sont maltraitées pour satisfaire les besoins de nos actionnaires.

La direction rappelle que le marché du bricolage reste "difficile" et affirme "avoir tout mis en oeuvre pour maintenir une politique de rémunération équilibrée". Elle ajoute : 

En 2018, les salariés de Castorama ont touché une rémunération équivalente à plus de plus de 14 mois de salaire

Le plan "One Kingfisher" dévoilé en février 2018 prévoyait la délocalisation en Pologne d'une partie des activités du groupe et une hausse des dividendes versés aux actionnaires pour atteindre 570 millions d'Euros en 2020. Les syndicats réclament également le versement de la prime "Macron" de fin d'année défiscalisée et exonérée de cotisations sociales jusqu'à 1000€ et rappellent que le concurrent Leroy Merlin a accordé cette prime exceptionnelle de 300€ à ses employés.