Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

"Ils n'ont jamais un mot pour nous" l'appel au secours d'un traiteur événementiel mayennais

-
Par , , France Bleu Mayenne

Annulation des mariages, des fêtes d'entreprises... Les commandes des traiteurs spécialisés dans l'événementiel sont proches de zéro. Avec une vingtaine de professionnels, un restaurateur de Bonchamps, a réclamé un soutien à la présidente de la région Pays de la Loire.

Le reconfinement a douché l'espoir de reprise des traiteurs.
Le reconfinement a douché l'espoir de reprise des traiteurs. © Radio France - Valentin BERTRAND

Ils sont peu nombreux dans les Pays de la Loire et se sentent invisibles, les traiteurs qui travaillent dans l'événementiel subissent des pertes allant jusqu'à 80% de leur chiffre d'affaire. Une vingtaine de représentants des restaurateurs de l'événementiel étaient reçus ce mercredi par Christelle Morançais, la présidente de la région, ils ont demandé une aide d'urgence. 

"On ne parle jamais de nous, désespère François Chartier, gérant de Mélibée traiteur à Bonchamps-lès-Laval, alors que l'on reçoit tous les jours des messages de clients qui demandent quand ils pourront organiser leur mariage. On ne peut même pas répondre aux mariés, parce que les autorités ne nous donne aucune date, aucun horizon". 

Aujourd'hui, ils demandent des aides financières immédiates à la région, en plus du chômage partiel et du prêt garanti par l'Etat. "J'ai perdu 70% de mon chiffre d'affaire, estime François Chartier, pour certains, les pertes montent jusqu'à 80%. On parle de licenciement parfois de 25 personnes, on ne peut plus attendre"

Choix de la station

À venir dansDanssecondess