Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Ils veulent "paralyser la France" pour lutter contre la hausse du prix de l'essence

dimanche 28 octobre 2018 à 13:16 Par Nicolas Joly, France Bleu Isère et France Bleu

Dans toute la France, des citoyens s'organisent sur les réseaux sociaux pour paralyser le pays le 17 novembre. Sans partis politiques ou syndicats, ils veulent protester contre la hausse du prix de l'essence. Dans le Nord-Isère c'est un couple d'artisans qui prépare la mobilisation.

Sur Facebook, des milliers de personnes se disent "intéressées" par les différents blocages
Sur Facebook, des milliers de personnes se disent "intéressées" par les différents blocages

Morestel, France

Une carte de France déployée, des listes de noms et de lieux. Artisans près de Morestel (Isère), Patrice et Laurence ont transformé leur cuisine en salle de commandement. "Nous nous répartissons des zones à bloquer dans les 35 kilomètres à la ronde", détaille Laurence. Comme des milliers de Français, ils ont décidé de paralyser le pays en organisant des blocages le 17 novembre sur les principaux axes routiers. 

La raison de leur colère : la hausse des prix du carburant. "C'est la seule solution. On ne peut plus circuler en voiture aujourd'hui. C'est devenu le parcours du combattant", déplore Patrice, régulièrement au volant de la camionnette de sa société. En une semaine, le gazole, qui représente environ 80 % des volumes, a augmenté de 3,82 centimes.

Des citoyens "comme les autres"

Ils ne sont pas syndicalistes, ni même affiliés à un parti politique. Patrice et Laurence l'affirment ils sont deux Français "comme les autres". Ils refusent d'ailleurs toute récupération politique de leur colère. _"_C'est un ras-le-bol général de la part des Français. J'ai entendu Nicolas Dupont-Aignan encourager cette mobilisation, mais il n'a rien compris. On ne veut plus que des énarques ou des gens en costume qui n'ont jamais travaillé de leur vie prennent des décisions à notre place.", tempête Laurence.

"C'est un ras-le-bol général de la part des Français" - Laurence, organisatrice de la mobilisation en Nord-Isère

Sans aucune expérience de la mobilisation sociale, Laurence a décidé d'organiser les blocages dans tout le Nord-Isère. "J'ai vu la vidéo d'Éric Drouet sur Facebook (Ndlr : le chauffeur routier à l'origine du mouvement de protestation) qui appelait à la mobilisation et j'ai décidé d'y prendre part.", résume-t-elle. Rapidement, le mouvement a pris de l'ampleur au gré des partages sur les réseaux sociaux, ce qui a d'ailleurs surpris Laurence : "Aujourd'hui mon téléphone sonne toutes les dix minutes, je me réveille à six heures du matin pour organiser les gens et les informer. J'ai même commencé à déléguer des responsabilités car tout va très vite."

À Grenoble l'événement intitulé Mouvement National Contre La Hausse Du Carburant (Grenoble) réunit déjà plus de 1400 "participants" et 4.700 "intéressés".