Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

IBM envisage de supprimer environ un quart de ses effectifs en France, selon des syndicats

-
Par , France Bleu

Le géant de l'informatique américain IBM envisage de supprimer de plus de 1.000 postes en France, soit environ un quart des effectifs sur le territoire, dans le cadre d'une restructuration mondiale, rapportent des sources syndicales à l'AFP ce mercredi.

IMB envisage de supprimer près d'un quart de ses effectifs en France selon des syndicats.
IMB envisage de supprimer près d'un quart de ses effectifs en France selon des syndicats. © Maxppp - Jean-François Frey

Plusieurs syndicats affirment qu'IBM France envisage de supprimer entre 1.180 et 1.385 postes, soit environ un quart des effectifs sur le territoire, rapporte l'AFP ce mercredi. Ces suppressions de postes interviendraient dans le cadre d'une restructuration mondiale chez le géant de l'informatique. 

Plus de 20% des effectifs européens concernés

Un plan social annoncé début novembre, "doit être présenté officiellement aux organisations syndicales le 16 décembre, avec un plan de départs volontaires mais aussi sans doute des licenciements s'il n'y a pas assez de volontaires", a expliqué à l'AFP Pierry Poquet, délégué syndical central Unsa (1er syndicat). Le syndicat CFE-CGC a également confirmé ces informations.

Ces suppressions de postes s'inscrivent dans une restructuration mondiale d'IBM qui touche "plus de 20% des effectifs en Europe, soit 7.700 personnes", selon l'Unsa, "jusqu'à 25%", selon la CFE-CGC. De son côté, la direction d'IBM France, jointe par l'AFP, a indiqué que ses "décisions en matière de personnel sont prises afin de fournir le meilleur accompagnement à (ses) clients dans l'adoption d'une plateforme de cloud hybride ouverte et de capacités d'IA" (intelligence artificielle). 

Une réduction des effectifs qui "va avoir lieu avant la réorganisation majeure annoncée par Arwind Krishna, PDG d'IBM Corp, concernant la scission d'IBM en deux sociétés distinctes d'ici fin 2021", ajoute la CFE-CGC.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess