Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie - Social

Immobilier à Bordeaux : les acheteurs restent prudents malgré une stabilisation des prix

-
Par , France Bleu Gironde

Plus d'un million de transactions immobilières ont été réalisées en 2019, une année record selon les spécialistes de l'immobilier. Alors que les taux d'emprunt n'ont jamais été aussi bas, les acquéreurs restent pourtant prudents à Bordeaux.

Malgré une stabilisation des prix des logements à Bordeaux, les acheteurs restent prudents.
Malgré une stabilisation des prix des logements à Bordeaux, les acheteurs restent prudents. © Maxppp - Guillaume Bonnaud

Bordeaux, France

L'année 2019 est une année de tous les records pour les crédits immobiliers. 250 milliards d'euros ont été accordé aux particuliers cette année, et les taux d'emprunt ont atteint des niveaux encore jamais vu, allant jusqu'à 1,12% le mois dernier.  A Bordeaux, les professionnels de l'immobilier dénotent cependant une certaine prudence de la part des acheteurs qui ne s'emballent pas pour autant sur le marché immobilier bordelais. 

Pourtant, le prix de l'immobilier s'est stabilisé cette année dans la métropole, après avoir explosé en 2017. En seulement cinq ans, le prix du marché a connu une hausse de 38%, soit une augmentation de 1 300 € . Depuis, retour à la normale : le dernier baromètre LPI-SeLoger de décembre 2019 révèle même une légère baisse du prix de l'immobiliser de 0,2 % par rapport à l'année précédente. 

Alors comment expliquer ce manque d’engouement de la part des acheteurs bordelais ?  Michel Ballon, administrateur et trésorier de la FNAIM Gironde, le confirme, "depuis le milieu de l'année 2019, il y a moins d'acheteurs".  Une prudence qui s'explique par un ras-le-bol des acheteurs, face à des prix immobiliers qui n'ont fait que grimper ces dernières années. "Ce n'est pas parce qu'il y a des taux d'emprunt très bas, que les gens vont acheter n'importe quoi !" souligne-t-il.  Il y a aussi un contexte fiscale qui fait que les gens sont prudents et informés aujourd’hui, et qu'ils regardent avant d'acheter". 

Michel Ballon : "Bordeaux est la deuxième ville la plus chère après Paris, il fallait que ça s'arrête".

Le prix moyen du mètre carré à Bordeaux reste  de 4 731 euros, contre 3 334 euros en moyenne dans les autres villes."C'est un marché qui revient à la normale, explique Julie Cassagne, mandataire immobilier pour IAD France. Avant, un produit était vendu en un mois à Bordeaux, maintenant on met entre trois et six mois pour vendre le même produit au même prix, voir à un prix un peu en dessous". 

Julie Cassagne : "C'est un marché qui revient à la normale".

"Les gens qui sont arrivés en nombre en 2016, notamment les parisiens, repartent aujourd'hui car le bassin d'emploi reste limité à Bordeaux" précise Julie Cassagne.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu