Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Immobilier à Nancy : on s’arrache encore les jardins, balcons ou terrasses

-
Par , France Bleu Sud Lorraine

Le confinement a dopé la demande pour des maisons ou appartements avec jardin, terrasse ou grand balcon. Les agents immobiliers de Nancy font le constat d’une hausse raisonnable des prix avec des nouvelles demandes pour un extérieur mais aussi un local à vélo ou une prise pour voiture électrique.

Le jardin ou le toit-terrasse très prisés à Nancy.
Le jardin ou le toit-terrasse très prisés à Nancy. © Radio France - Thierry Colin

La tendance existait depuis que les particuliers ont pris l’habitude de fumer à l’extérieur mais le confinement et la pandémie de la Covid-19 a dopé la demande pour des maisons ou appartements avec jardin, terrasse ou grand balcon. Alors que la menace de reconfinement localisé est dans toutes les discussions, les professionnels de l’immobilier estiment qu'il est trop tôt pour faire le bilan de l’activité post-confinement. Mais après une période très tendue, le constat est que les recherches ont évolué. 

En Meurthe-et-Moselle, pour les maisons, les prix médians sur 5 ans ont augmenté de 12.8 % et pour les appartements, sur les trois dernier mois, on compte une hausse de 1.9 % selon le  baromètre immobilier des notaires.

Toits-terrasses ou balcons assez spacieux sont des biens prisés avec une certaine rareté. 

Pour Olivier Dieudonné, le président de la Fnaim en Meurthe et Moselle « Les hausses restent raisonnables ou raisonnées. Les commodités extérieures, jardins, terrasses ou la proximité de parcs dans certains cas, étaient un des critères principaux hier et cela c'est renforcé aujourd'hui dans les recherches. C'est un bien qui est prisé avec une certaine rareté et le marché du neuf se porte très bien puisque les promoteurs l'ont compris et adaptent leur offre à la demande et notamment des toits-terrasses ou balcons assez spacieux ». 

Ecoutez Olivier Dieudonné, le président de la Fnaim en Meurthe et Moselle.

Et le président de l’agence Bonnabelle à Nancy de poursuivre : « Aujourd'hui, avec les mauvais jours en Lorraine, ces critères sont toujours dans les têtes, mais je pense que la mémoire peut un peu faire défaut, voire parfois la raison, puisque lorsqu'on a une exigence immobilière, on a un certain nombre de critères qui ont un coût. Et si on met en parallèle son budget, les restrictions bancaires, par rapport à ses exigences et ses envies de grand air ou d'extérieur, parfois, on revient à la raison pour certains types de biens ». 

Prise pour voiture électrique et local à vélo

Julien Leplomb, agent immobilier à Nancy confirme la tendance : « il y a une grosse demande. Si on a un extérieur, ça explose ». Et le spécialiste de l’immobilier en centre-ville constate aussi la demande pour des commodités qui facilitent la mobilité : «  Tout le monde veut habiter en ville, avoir un vélo, donc pouvoir mettre un vélo dans un local, on ne peut pas le laisser dehors car on se le fait détériorer. Effectivement, il y a une demande là-dessus. J'ai mis un emplacement propre, bien délimité pour deux vélos par appartement. Il y a cinq ans, je n’y aurais même pas pensé ! ». 

Autre détail qui donne de la valeur à un bien au delà du local à vélos, la prise pour brancher une voiture électrique. Le marché de l'immobilier s'adapte à la demande. 

Ecoutez Julien Leplomb, agent immobilier à Nancy.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess