Économie – Social

Immobilier : c'est plus que jamais le moment d'acheter !

Par Stéphane Barbereau, France Bleu Orléans mardi 13 septembre 2016 à 0:02

Un immeuble de logements neufs à Montpellier, en 2010
Un immeuble de logements neufs à Montpellier, en 2010 © Maxppp - Tim Somerset

Le nouveau prêt à taux zéro (PTZ) destinés aux primo-accédants redonne des couleurs au secteur de la construction. Et il permet à de nombreux jeunes couples de salariés d'acquérir leur premier bien immobilier dans des conditions très avantageuses.

Cédric Hourdequin habite Semoy, une petite ville qui touche Orléans. Après un an de recherche pour le financement de sa future maison neuve, il a enfin pu trouver une banque. Sans aucun apport personnel, lui, salarié d'une caisse de retraite, sa femme, employée de crèche, et leur petit garçon peuvent enfin toucher du doigt la maison de leur rêve. Jusque-là, deux banques sur cinq leur avaient dit oui mais pour une surface plus petite que ce qu'ils voulaient. Avec le nouveau PTZ, ils ont quasiment doublé le prêt accordé par l'Etat sans aucun intérêt à rembourser :

ça nous permet de payer le terrain sans intérêt. On est passé d'une enveloppe pour le PTZ de 45 000€ en 2015 à 82 000€ en 2016. Cédric, bénéficiaire du PTZ

Dans le département du Loiret, ils étaient 1 747 dans son cas au 1er juillet. Ce qui représente une hausse de 97% du nombre de PTZ accordés sur 6 mois comparés à la même période l'an passé. Pour l'ensemble de la région, cette hausse atteint même 110% et ce sont 2 500 PTZ qui ont été débloqués jusque-là, l'objectif étant de 4 500 bénéficiaires d'ici à la fin de cette année.

Les modalités pour obtenir un PTZ

Pour avoir droit au Prêt à Taux Zéro, il faut remplir plusieurs conditions : être primo-accédant (ou ne pas être propriétaire depuis plus de 2 ans) dans un logement neuf ou dans de l'ancien que l'on va rénover (le montant des travaux doit alors être égal au moins à 25% du coût total de l'achat du logement). Le montant total du PTZ va dépendre des revenus du foyer, de la présence éventuelle d'enfants mais aussi du lieu d'achat (plus on achète dans une zone urbaine où les prix sont tirés vers le haut comparé aux zones rurales, plus le montant du PTZ sera élevé). Le PTZ peut permettre ainsi de financer jusqu'à 40% de l'achat total du logement.

Ainsi, un couple sans enfant, sans apport financier, gagnant 24 000€ par an et qui souhaite acheter sur Gien de l'ancien rénové pourra prétendre à un PTZ de 68 000€ pour un coût d'achat total de 120 000€ auxquels il faut rajouter 50 000€ de travaux.

Un couple avec deux enfants gagnant 50 000€ par an sur Orléans, souhaitant acheter un logement neuf de 270 000€ pourra prétendre à un PTZ de 108 000€.

Des taux d'intérêts historiquement bas

Si l'on ajoute à ce PTZ amélioré, des taux d'intérêts qui n'ont jamais été aussi bas de la part des banques, on en conclue vite qu'il faut acheter comme l'explique Jean-Pierre Jobert, vice-président régional de la Fédération bancaire française :

Sur 15 ans, les taux se rapprochent de 1% ! Quand j'ai commencé à travailler, les taux, avec l'inflation, étaient de 17% !

Une situation critique pour les banques qui se rémunèrent donc moins bien sur ces prêts immobiliers. Résultat, pour contrebalancer cete situation, c'est la course aux clients. Les banques démarchent leurs clients pour leur proposer ces taux plus intéressants et ainsi les fidéliser :

Tous nos taux anciens à taux plus élevés ont été revus à la baisse, ce qui est venu amoindrir nos marges. Je ne veux pas faire pleurer dans les chaumières, nous serons encore là longtemps, mais il faut faire très attention car nous n'avons plus de rente de situation comme à une époque - J-P. Joubert de la Fédération bancaire française

Avec ces nouveaux clients, les banques espèrent ensuite leur proposer des placements pour récupérer d'un côté (placements boursiers) ce qu'elles leur auront perdu de l'autre (prêts immobiliers à faible taux).

Enfin, ce nouveau PTZ doit aussi doper le secteur de la construction. Les constructions de logements neufs ont bondi de 10% en 2015, de 6% depuis le début de l'année. Ce nouveau dispositif devrait donc conforter ce rebond. La préfecture du Centre Val de Loire estime que ces 4 500 PTZ accordés dans la région permettront de créer 1 900 emplois dans le secteur du bâtiment cette année.

Partager sur :