Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Immobilier : des prix en hausse malgré la baisse d'activité

-
Par , France Bleu

Malgré une retentissante chute d'activité depuis le début du confinement, les prix de l'immobilier ne baissent pas. D'après le baromètre LPI-SeLoger, les prix au mètre carré dans l'ancien sont même en hausse de 5,2 % en un an.

Le marché de l'immobilier redémarre avec des prix à la hausse
Le marché de l'immobilier redémarre avec des prix à la hausse © Radio France - Eric Chaverou

"Immobilier : pas de krach en vue !" estime le baromètre LPI-SeLoger sur les prix de l'immobilier publié lundi 25 mai. Et pourtant, les ventes au mois d'avril se sont rarement portées aussi mal... Face à la fermeture des agences et les reports d'achats provoqués par le confinement, l'étude constate"une chute des ventes d’une brutalité et d’une ampleur jamais observées depuis la fin de la Seconde Guerre Mondiale". Les chiffres parlent d'eux-même : - 82,9 % de ventes par rapport au mois d'avril 2019, et même -89,3 % dans la seule ville de Paris

Mais la baisse d'activité n'affecte pas les prix à l'achat, loin de là. En moyenne, les prix au mètre carré des appartements dans les villes ont augmenté en un an de 5,2% dans l'ancien. Seules 5% des villes affichent des prix à la baisse, comme Bordeaux, Nîmes ou encore Beauvais. 

Des hausses de prix consatées dans la grande majorité des villes de l'hexagone
Des hausses de prix consatées dans la grande majorité des villes de l'hexagone - Baromètre LPI-SeLoger

Les maisons individuelles plébiscitées 

Des hausses aussi constatées sur le prix des maisons. Une donnée renforcée depuis le début du confinement avec l'envie de jardin ou d'une terrasse où déplier son transat. D'après le baromètre, "la progression des prix reste très souvent plus vive que dans le cas des appartements et elle s’est encore renforcée dans plusieurs métropoles". C'est le cas aux alentours de Grenoble ou de Strasbourg où les prix s'envolent de plus de 10% en un an. 

Les prix au mètre carré ont augmenté en un an dans toutes les métropoles
Les prix au mètre carré ont augmenté en un an dans toutes les métropoles - Baromètre LPI-SeLoger

Les acheteurs modestes davantage absents du marché

Si les prix augmentent malgré une activité une berne, c'est que le profil des acheteurs s'est clairement transformé avec le confinement explique l'étude : "les ménages qui réalisent les achats les moins onéreux (prix au m² ou prix du lot) ont quitté le marché proportionnellement plus que les autres, renforçant mécaniquement le déplacement de la courbe des prix vers le haut". Une donnée qui s'ajoute à un autre facteur : si la demande est très limitée depuis le début du confinement, l'offre elle aussi tourne au ralenti.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu