Économie – Social

Immobilier : le prix de l'ancien baisse partout en France sauf... à Bordeaux

Par Xavier Ridon, France Bleu Gironde mercredi 4 mars 2015 à 6:00

Façades d'immeubles à Bordeaux.
Façades d'immeubles à Bordeaux. © Radio France

Les prix du marché immobilier ont baissé un peu partout en France l'année dernière (-2,2 %), sauf à Bordeaux où les prix continuent une inlassable hausse (+6 %). C'est ce qu'a indiqué fin février l'indice Notaires-Insee.

Le marché de l'immobilier ancien est en baisse. Durant l'année 2014, les notaires ont noté une baisse des prix qui en moyenne atteint les 2,2 %. Toutes les villes ne sont pas logées à la même enseigne. Et Bordeaux n'est pas la ville qui améliore cette moyenne : le prix de l'ancien ne baisse pas, ne stagne pas, au contraire il grimpe encore et toujours.

La hausse des prix aurait atteint les 6 % selon les notaires l'année dernière. Un chiffre qui surprend le représentant girondin de la Fédération nationale des agents immobiliers et directeur de l'agence Foch Immobilier.

"Je ne suis pas cette analyse. Je trouve ça un peu exagéré ou alors seulement sur des produits ultra-spécifiques à un endroit très particulier sur le cours Xavier-Arnozan." — Michel Balland, Fnaim Gironde

Son analyse se veut donc plus mesurée : "Ça continue un petit peu de monter avec un à deux pourcents mais pas plus. Ce qui est sûr, c'est que ça ne baisse pas. Je parle pour des produits intra-muros et Bordeaux centre."

Ses explications sont par ailleurs toutes trouvées et reconnues : "Bordeaux est une ville maintenant très en vue et très attractive avec un environnement et un arrière-pays qui rend l'agglomération très plaisante. Bordeaux est à deux heures des stations pyrénéennes et Dieu sait qu'il y a de la neige en ce moment donc ça rend les choses attractives aussi."

Immobilier : "Si on veut acheter à Bordeaux, on ne peut pas. On est obligé de louer"

Pour vivre à Bordeaux centre, il faut louer

Ça ne fait en revanche pas franchement les affaires des Bordelais, à l'image de Jean-Philippe. Ce trentenaire est né à Bordeaux. Mais aujourd'hui il n'y a pas 36 solutions pour vivre dans le centre-ville : "Si on veut acheter à Bordeaux, on ne peut pas. On est marié avec deux enfants, on gagne tous les deux le Smic. On ne peut pas acheter un logement pour vivre avec deux enfants si on était dans le centre de Bordeaux. On est obligé de louer."

Pour acheter, il faudrait regarder vers l'extérieur de la ville ajoute-t-il. Des situations que connait bien Michel Balland, directeur de l'agence Foch Immobilier à Bordeaux. Il remarque comment le marché de Bordeaux c'est adapté à cette réalité.

"Les gros promoteurs, en passant par les bailleurs sociaux, construisent énormément de produits à Bassins-à-flot et Ginko. On nous annonce des milliers et des milliers d'appartements. Mais c'est un peu extérieur. Dans le marché de Bordeaux centre, on ne va pas élargir les rues ou démolir les quartiers et l'ancien va rester attractif, ça c'est clair !" — Michel Balland

Pour Jean-Philippe, en revanche, ça restera donc difficile d'acheter un appartement ancien en plein cœur de sa ville natale.

Immobilier : "Si on veut acheter à Bordeaux, on ne peut pas. On est obligé de louer"

Partager sur :