Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie - Social

Immobilier : Presque plus rien à vendre en Bretagne

-
Par , France Bleu Breizh Izel

L'année 2019 a été "exceptionnelle" en terme d'immobilier selon les notaires de Bretagne. Mais les prix sont restés maîtrisés.

Notaires (illustration)
Notaires (illustration) © Radio France - Lagain Aurelie

Région Bretagne, France

Les ventes immobilières ont bondi en 2019, année "exceptionnelle" pour le conseil régional des notaires : +10% sur un an pour les ventes de maisons, +23 % pour les appartements. "C'est pareil dans les autres départements, sensiblement la même chose dans les Côtes d'Armor voire un peu plus dans le Morbihan", précise Patrick O'Reilly, notaire à Melgven. En cause ? Les taux d'intérêts, bas. "Si ça reste comme ça on peut espérer ne pas avoir de crise en 2008-2009".

Tout se vend... au bon prix

A noter que "les prix sont restés maîtrisés, +4% dans le Finistère", contrairement à la flambée des prix de 2008." Et pour vendre, il ne faut pas laisser la fantaisie déterminer le prix : "Aujourd’hui les acquéreurs sont très renseignés, tout se passe sur internet. Un acquéreur regarde les biens qu'ils l'intéressent à des prix cohérents, il compare, fait jouer la concurrence. Quand on va voir des biens, le client pourrait avoir tendance à augmenter le prix. Nous on ne le prend pas s'il n'est pas _au prix du marché._.. On essaie de leur montrer le côté raisonnable des choses s'ils veulent que leur maison soit vendue".

Les vieux coucous se seraient même tous vendus ! "C'est ce qu'on constate ! Nos négociateurs dans les études et les agences immobilières avec lesquelles on travaille nous font tous remarquer qu'ils n'ont plus de bien. C'est très tendu. Des biens difficiles à vendre, on les vend au prix."

Ralentissement sur le neuf

Boom sur l'ancien, c'est plus compliqué sur le neuf, constate Patrick O'Reilly : "Il y a un ralentissement en revanche sur le neuf. L'ancien marche bien avec le nouveau dispositif fiscal Denormandie pour redynamiser les centres-villes et les quartiers délabrés. Avant il y avait le Pinel sur le neuf qui a disparu. Ça continue sur certains bords de mer, et à Brest. Certains investisseurs ont disparu, mais quelques cadres et des retraités achètent du neuf pour leur confort pour de la location saisonnières sur le littoral ou dans les centres-villes de Brest et Quimper."

Autre difficulté, la raréfaction du foncier : "En terme de terrains à bâtir, avec l'approche des élections municipales, les maires sont frileux pour sortir du nouveau foncier..."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu