Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Importations d'huile de palme : la FNSEA appelle à bloquer les raffineries partout en France

vendredi 1 juin 2018 à 7:05 Par Solène Cressant et Marine Laugénie, France Bleu

La FNSEA a annoncé ce jeudi un blocage national des raffineries à partir du 10 juin. Une opération coup de poing pour protester contre la hausse attendue des importations d'huile de palme.

La raffinerie de La Mède dans les Bouches-du-Rhône
La raffinerie de La Mède dans les Bouches-du-Rhône © Maxppp - FL

France

La Fédération nationale des syndicats d'exploitants agricoles a confirmé ce jeudi qu'un mouvement de blocage devait démarrer le 10 juin face aux "incohérences" soulevées par le projet de loi Agriculture et Alimentation, qui vient d'être adopté en première lecture à l'Assemblée nationale.

Contre la hausse d'importations d'huile de palme 

Dans le viseur de la FNSEA, une récente décision du gouvernement  qui souhaite multiplier les importations d'huile de palme, comme le confirme l'annonce de Nicolas Hulot le 16 mai dernier. Le ministre de l’écologie a autorisé Total à exploiter la bio-raffinerie de La Mède, dans les Bouches-du-Rhône. En plus des huiles usagées, le groupe pétrolier compte bien y produire des biocarburants à base d'huile de palme.

Pour le syndicat agricole, il s'agit d'une concurrence déloyale pour la production de colza, dont l'huile peut aussi entrer dans la composition des biocarburants. Les céréaliers ne veulent pas que l'exemple de la Mède s’étende.

Un enjeu environnemental 

C'est aussi une décision inquiétante pour l'environnement souligne la FNSEA : "Non content d’en avoir dans le Nutella maintenant ce sont 400 000 tonnes d’huile de palme qui vont venir dans les raffineries, donc dans nos voitures" s'emporte Christiane Lambert, la présidente du syndicat. Elle dénonce une "attitude incohérente du gouvernement".

"Ce n'est pas de gaieté de cœur que j'ai autorisé la raffinerie de la Mède à rouvrir. L'avenir n'appartient pas à l'huile de palme", a cependant indiqué jeudi le ministre de la Transition écologique Nicolas Hulot, interrogé sur Europe 1.

A lire aussi - Nicolas Hulot autorise à raffiner de l'huile de palme, "une trahison" pour les producteurs de colza de l'Indre