Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Impôts : 12 trésoreries sarthoises sur 15 menacées de fermeture d'ici 2022

-
Par , France Bleu Maine

Le gouvernement l'a annoncé : le maillage français des centres d'impôts doit être entièrement remodelé d'ici 2022. Exit les trésoreries, place aux "accueils de proximité", promis plus nombreux de 30%. Résultat dans la Sarthe : 12 trésoreries sur 15 devraient fermer.

Douze trésoreries sarthoises ont vocation à être fermées d'ici trois ans. Les quatre centres d'impôts, d'après les syndicats, vont également être affectés.
Douze trésoreries sarthoises ont vocation à être fermées d'ici trois ans. Les quatre centres d'impôts, d'après les syndicats, vont également être affectés. © Radio France - Simon de Faucompret

Sarthe, France

On s'inquiète et on s'insurge du côté des syndicats : via une carte transmise début juin aux partenaires sociaux, le gouvernement a détaillé son projet de modifier l'organisation des finances publiques sur tout le territoire d'ici 2022. L'idée avancée par le ministre des Comptes publics Gérald Darmanin est d'augmenter le nombre de centres d'accueil de proximité de 30% en trois ans, en les installant dans des permanences de mairies, des bureaux de Poste ou des maisons "France Service" (promises par Emmanuel Macron). Sauf qu'en parallèle, ce plan prévoit la suppression d'un nombre impressionnant de trésoreries. Rien que dans la Sarthe, selon l'intersyndicale, 12 des 15 sites sont menacés de fermeture.

Dans cette trésorerie mancelle, jusqu'à 60 personnes viennent chaque jour se faire conseiller au guichet. - Radio France
Dans cette trésorerie mancelle, jusqu'à 60 personnes viennent chaque jour se faire conseiller au guichet. © Radio France - Simon de Faucompret

Selon le syndicat "Solidaires Finances publiques", voici la liste des douze trésoreries condamnées à la fermeture d'ici 2022 : 

  • Le Mans Agglo (rue de Flore)
  • La Suze-sur-Sarthe
  • Mamers
  • Fresnay-sur-Sarthe
  • Marolle-les-Braults
  • Saint-Calais
  • Écommoy
  • La Flèche
  • Montval-sur-Loir
  • La Ferté-Bernard
  • Conlie
  • Sablé-sur-Sarthe

Vont également être supprimés :

  • Deux services "Impôts des entreprises" à la Flèche et au Mans.
  • Deux services "Impôts des particuliers" à Saint-Calais et au Mans.

Concrètement, les trésoreries "survivantes" seraient le Mans-ville (boulevard Lamartine), la Paierie départementale (avenue du Général de Gaulle au Mans) et Le Mans-hôpital.

140 postes menacés

C'est un coup dur de plus pour Frank Roullier, représentant du syndicat "Solidaires" : "Depuis 2002, on a déjà perdu 15 autres trésoreries dans la Sarthe. Le maillage est en train de se réduire comme peau de chagrin." Et, forcément, les conséquences sur le personnel sont déjà prévisibles : "Ça va toucher 140 agents, soit 23% des effectifs de la Sarthe."

"L’ordinateur, je ne sais pas trop comment faire … et je préfère le contact humain !"

Aujourd'hui, ces trésoreries ont plusieurs missions. C'est d'abord un accueil de proximité pour que les gens puissent payer leurs impôts locaux et sur le revenu … mais aussi leurs contraventions ou leurs amendes SNCF. Au centre "Le Mans Agglo" de la rue de Flore, par exemple, les 15 employés accueillent jusqu'à 60 personnes par jour. "Je viens ici depuis 22 ans", révèle Habib. Parler au guichet, demander conseil est devenu une habitude, et il s'avoue assez réfractaire aux "nouveaux usages" défendus par le gouvernement : "L’ordinateur, je ne sais pas trop comment faire … et je préfère le contact humain !"

Les futurs centres d'accueils, un simple "tour de passe-passe" ?

Pas de panique, assure le gouvernement : l'accueil qui ne sera plus assuré dans les trésoreries le sera dans ces nouvelles structures plus nombreuses. Mais ça n'a pas de quoi rassurer les employés du Mans Agglo : "Dans ces centres d’accueil, on viendra pour un rendez-vous, et pas spontanément comme aujourd’hui !" précise Thierry, également syndiqué CFDT. "Sauf que quand on a un souci, par exemple sur sa déclaration de revenus, on n’anticipe pas ! Si on a un rendez-vous la semaine d’après, c’est parfois trop tard. Ca va augmenter le nombre de visiteurs insatisfaits, et ça les découragera de venir."

"Ces points de contact, c'est un tour de passe-passe."

Un point de vue partagé par Frank Roullier : "Ces points de contact, comme le gouvernement appelle ça, c'est un tour de passe-passe. En théorie, on augmente le maillage, mais la qualité de service rendue au public sera moindre. Ce seront des gens qui se chargeront essentiellement de transmettre l’information au peu de services qui seront restés ouverts."

Les directeurs des centres sarthois usent de leur devoir de réserve, mais d'après les syndicats, "ils sont aussi dans l'inquiétude car ils seront les premiers touchés". Quant aux employés, ils ne savent pas grand-chose de plus concernant les mois et années à venir.

Les syndicats, "sonnés", n’envisagent pas de riposte dans l’immédiat : ils veulent d'abord alerter les élus locaux. Des actions pourraient être mises en place après l’été.