Économie – Social

Impôts locaux : à Sainte-Marie-sur-Ouche, la taxe foncière a grimpé de 47 % en cinq ans

Par Marion Bastit, France Bleu Bourgogne dimanche 18 octobre 2015 à 20:12

A Sainte-Marie-sur-Ouche, la taxe foncière a grimpé de 47 % en 5 ans.
A Sainte-Marie-sur-Ouche, la taxe foncière a grimpé de 47 % en 5 ans. © Radio France - Marion Bastit

En Côte-d'Or, la taxe foncière a augmenté de 25 % en cinq ans. C'est encore plus fort dans la vallée de l'Ouche, où elle a grimpé de 45 à 65 % selon les communes. Une hausse en partie due à la fusion avec l'intercommunalité voisine du Sombernonnais en 2014. Reportage à Sainte-Marie-sur-Ouche.

C'est l'automne, et les feuilles tombent, y compris les feuilles d'impôts. En l'occurrence, ce sont les impôts locaux qui arrivent. Si vous êtes locataire, seule la taxe d'habitation vous concerne, mais si vous êtes propriétaire, vous devrez également payer la taxe foncière. En Côte-d'Or, cette dernière a explosé ces dernières années : d'après l'Union nationale de la propriété immobilière (Unpi), elle a augmenté de 25 % entre 2009 et 2014, contre 16 % seulement au niveau national. Cette hausse, la plus forte en Bourgogne, est en grande partie due à la part prélevée par le département, qui a augmenté de 33 % en cinq ans.

La vallée de l'Ouche est particulièrement touchée par cette hausse de la taxe foncière : toujours d'après l'Unpi, elle a augmenté de 45 % à 65 % selon les communes. Ce qui a fait grimper la facture, c'est la taxe intercommunale, avec une hausse de 355 % en un an ! « En janvier 2014, la communauté de communes de la vallée de l'Ouche a fusionné avec sa voisine du Sombernonnais pour donner naissance à l'intercommunalité Ouche-Montagne, explique Laurent Streibig, président de cette nouvelle intercommunalité. _Il a fallu harmoniser les taux des taxes foncières entre les deux entités. Les communes de la vallée de l'Ouche sont donc passées de 1,54 % à 7 % de taxe foncière intercommunale. »

Une fusion qui coûte cher

Laurent Streibig minimise l'impact de cette hausse sur les habitants. _« Pour compenser, explique-t-il, la taxe d'habitation a été réduite de 9,46 % à 6,95 %. Ce qui a abouti à une augmentation théorique réelle de 2,15 % des taxes intercommunales pour les habitants de la vallée de l'Ouche. » A Sainte-Marie-sur-Ouche, Emmanuel et Anne ont du mal à retrouver cet équilibre sur leurs feuilles d'impôts. D'un côté, leur taxe foncière est passée de 782 à 1 085 euros en cinq ans, soit 303 euros de plus. De l'autre, leur taxe d'habitation est passée de 452 euros à 425 euros, soit 27 euros de moins. Cette hausse est d'autant plus difficile à accepter qu'ils n'en voient pas les conséquences au quotidien. « On ne voit aucune amélioration au niveau du périscolaire,_ déplore Anne. Au niveau de l'entretien de la voirie, c'est comme avant. La fusion ne nous a pas apporté plus de services, les espaces verts c'est comme avant, on n'a pas plus de petits commerces qu'avant. A part l'augmentation des impôts, on ne voit pas de différence dans notre vie quotidienne. »

Anne "Ca va devenir aussi cher de vivre à la campagne que de vivre en ville"

« On aimerait bien savoir où passe notre argent, sur quoi il est investi, dans quels projets », renchérit Emmanuel. Le couple a quitté Dijon il y a neuf ans pour s'installer à Sainte-Marie-sur-Ouche, où ils élèvent leurs deux enfants. Aujourd'hui, Anne regrette presque ce choix. « Arrive un moment où vivre à la campagne va nous coûter aussi cher que vivre en ville, sans tous les services que peuvent proposer par exemple les communes du Grand Dijon. »