Économie – Social

Inauguration de la plateforme de collecte de fruits et légumes à Tours pour lutter contre le gaspillage alimentaire

Par Boris Compain, France Bleu Touraine jeudi 17 septembre 2015 à 17:25

La chambre froide de la plateforme, à Rochepinard
La chambre froide de la plateforme, à Rochepinard © Radio France - Boris Compain

Un nouveau circuit de ramassage de fruits et légumes est mis en place à l'initiative de la communauté d'agglomération Tours+. Il pourrait permettre de collecter 150 à 200 tonnes de produits frais par an. Ces denrées seront redistribuées par les restos, la banque alimentaire et le secours populaire

Une nouvelle initiative pour lutter contre le gaspillage alimentaire : une plateforme de collecte de fruits et légumes a été inaugurée ce 17 septembre au marché de gros, à Rochepinard. Toute une chaine a été mise en place pour récupérer des fruits et légumes qui, jusqu'à maintenant, partaient à la poubelle

un nouveau circuit de ramassage

L'entreprise Estivin va s'occuper du ramassage. Plutôt que de rentrer à vide, les camions de ce transporteur de fruits et légumes vont passer chez des producteurs ou dans des magasins qui sont sur leurs routes. Ils récupéreront les fruits et légumes qui seront ensuite amenés dans une chambre froide de 150 mêtres carrés, à Rochepinard, puis répartis entre les 3 associations. Une très bonne opération, selon Daniel Doyer, qui dirige la banque alimentaire de Touraine

"C'est interessant pour l'équilibre alimentaire" selon Daniel Doyer

Selon les estimations, environ 25% de la nourriture récupérée ne sera pas consommable. 2 personnes en emplois aidés ont été embauchées au resto du coeur, pour faire le tri. Le démarchage auprès des maraichers, ou des grandes surfaces susceptibles de donner continue. D'après Maurice Diot, le président des resto, il est donc difficile d'estimer ce qui pourra être récupéré grace à ce nouveau circuit

Le président des restos du coeur 37 espère collecter 150 à 200 tonnes par an

200 tonnes, ce serait un beau résultat, puisque c'est un quart de la totalité de ce que les restos d'Indre-et-Loire récolte en un an