Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social
Dossier : Incendie à l'usine Lubrizol à Rouen

Incendie à l'usine Lubrizol à Rouen : la direction de l'entreprise seveso dément l'enveloppe de 50 millions d'euros

L'indemnisation des victimes du terrible incendie du 26 septembre dernier doit être prise en charge par Lubrizol. Selon le journal "Les Echos" ce vendredi matin, l'entreprise s'engageait à hauteur de 50 millions d'euros pour les agriculteurs. Chiffre démenti par la direction de Lubrizol.

Isabelle Striga, directrice générale et Frédéric Henry, président de Lubrizol France
Isabelle Striga, directrice générale et Frédéric Henry, président de Lubrizol France © Radio France - Coralie Moreau

Rouen, France

Après la catastrophe de Lubrizol, il va falloir réparer. Premières victimes, les agriculteurs. Lors de la mise en place du comité pour la transparence et le dialogue ce vendredi 11 octobre en préfecture de Rouen, le ministre de l'Agriculture, Didier Guillaume, a chiffré le préjudice global pour le monde agricole à 40 à 50 millions d'euros au minimum.

Ce chiffre de 50 millions d'euros était annoncé dans le journal "Les Echos" comme un engagement financier de Lubrizol. À la sortie du comité pour la transparence, la direction de l'entreprise a refusé de s'exprimer. Dans une réponse écrite, elle précise qu'"aucun montant n'a encore été défini ou arrêté". Elle ajoute que les réunions de travail se poursuivent avec les services du ministère de l'Agriculture.

Ce refus d'avancer un chiffre a provoqué la colère de certains participants à cette réunion du comité de transparence. Celle des députés communistes notamment qui dénoncent un flou qui sonne comme un mépris.

Choix de la station

France Bleu