Économie – Social

Incertitudes sur le sort de la SNCM

Par Marion Bernard, France Bleu Provence mardi 21 avril 2015 à 19:59

Navire de la SNCM à quai à Marseille
Navire de la SNCM à quai à Marseille © MaxPPP

Le tribunal de commerce doit examiner ce mercredi 22 avril 2015 les trois offres de reprises de la compagnie maritime, actuellement en redressement judiciaire. L’avenir de 1 500 emplois directs en CDI est toujours en jeu.

Le feuilleton social à haute-tension se poursuit à la SNCM, puisque le sort des salariés est suspendu , depuis près de cinq mois, à la fiabilité de trois dossiers de reprise .

Faute de pouvoir rembourser les 117 millions d'euros réclamées par Transdev, l'actionnaire majoritaire, et sa maison-mère Veolia, la SNCM a été placée en redressement judiciaire le 28 novembre dernier.

Différents scénarios de suppressions de postes

Entre 700 et 800 postes maintenus - sur les 1 500 CDI actuels - pour les plans de l'homme d'affaire franco-tunisien Daniel Berrebi (Baja Ferries) et pour le plan de l'ex-patron du port de Marseille Christian Garrin (avec son groupe Med Invest).

Et 475 postes seulement conservés par le plan proposé par le transporteur corse Patrick Rocca. Pour les salariés, qui parlent de "boucherie sociale ", aucune de ces offres ne tient juridiquement la route.

Les options du tribunal de commerce

Désormais, pour sceller le sort de la SNCM, le tribunal a trois possibilités : demander aux actionnaires de céder leur part, ordonner la liquidation (issue la plus dramatique redoutée par le personnel) ou encore obliger les repreneurs à revoir leur copie.

Cette dernière solution est envisageable, puisque les comptes de la SNCM , forte d’une caisse de près de 40 millions d’euros, ne sont pas encore dans le rouge .

À lire aussi : > Les étapes clés du redressement judiciaire de la SNCM > Le dossier spécial sur la crise à la SNCM