Économie – Social

Indre-et-Loire : 60 % des lignes électriques ne sont pas enterrées, un énorme défi pour ERDF après les intempéries

Par Jérôme Collin, France Bleu Touraine jeudi 15 septembre 2016 à 16:29

Une ligne électrique ERDF moyenne tension - image d'illustration.
Une ligne électrique ERDF moyenne tension - image d'illustration. © Stéphane Milhomme - Radio France

Après les violentes intempéries en Touraine mardi 13 septembre, jusqu'à 18 000 foyers ont été privés de courant. En Indre-et-Loire, 60 % des lignes électriques ne sont pas enfouies sous terre. De nombreux travaux d'enterrement sont menés par ERDF. Ils coûtent 23 millions d'euros chaque année.

En Indre-et-Loire, 60 % des lignes électriques basse et haute tension sont encore aériennes. Les enfouir sous terre est le grand défi de ces prochaines années pour ERDF, afin d'éviter des coupures de courant intempestives lors des intempéries. En Touraine, l'entreprise dépense chaque année 23 millions d'euros pour mener plusieurs projets à travers le département. Mais les travaux sont très longs : à peine une centaine de kilomètres. Il y a quatre ans, le taux d'enfouissement des lignes était de 36 %. Il est donc de 40 % aujourd'hui.

130 000 euros pour un kilomètres de travaux

Des travaux longs du fait de leurs coûts. Enfouir un kilomètre de ligne, cela coûte 130 000 euros. Un budget conséquent  qui oblige ERDF à fixer des secteurs prioritaires.Parallèlement à ces travaux d'enfouissement, ERDF mène plusieurs chantiers d'élagages préventifs. Cela coûte 1 300 000 euros chaque année en Indre-et-Loire.

Bilan, les foyers sont en moyenne privés d'électricité 55 minutes chaque année. L'objectif d'ERDF est de réduire cette durée de perturbations.

Jusqu'à 100 milliards d'euros pour enfouir tout le réseau de France

Enterrer toutes les lignes électriques de France auraient un coût exorbitant selon les estimations d'ERDF : 100 milliards d'euros. Des frais évidemment impossibles à supporter et qui auraient un impact conséquent sur la facture. La France est en tout cas très en retard par rapport à ses voisins européens. En Allemagne, 89 % des lignes sont enterrées. Aux Pays-Bas, c'est même la totalité.

Partager sur :