Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Indre-et-Loire : ces salariés qui ont décidé de venir au travail à vélo

-
Par , France Bleu Touraine

Les entreprises pourront verser jusqu'à 400 euros à chaque salarié, exonérés de cotisations, pour financer leurs trajets domicile-travail. Mais ce "forfait mobilité" est facultatif et, à la place, certaines entreprises comme SKF, à St-Cyr-sur-Loire, encouragent autrement leur salariés.

Pour l'instant, seuls 3% des trajets domicile-travail se font à vélo.
Pour l'instant, seuls 3% des trajets domicile-travail se font à vélo. © Radio France - Yvan Plantey

Indre-et-Loire, France

On attend plusieurs centaines de vélos tout ce week-end dans les rues de Tours pour la 10ème édiction de Vélorution, un événement qui vise à promouvoir l'usage du vélo en ville. Justement, et si votre employeur vous payait pour venir travailler à vélo ? C'est possible et ce jusqu'à 400€ par an, même si ce forfait est facultatif. Les députés ont adopté un "forfait mobilité" qui permet aux entreprises privées de verser cette somme exonérée de cotisations sociales et fiscales à ceux qui viennent à vélo. En France, seuls 3% des trajets domicile-travail sont réalisés à vélo et le gouvernement aimerait atteindre 9% d'ici 2024. Pour l'instant peu d'entreprises ont adopté ce forfait mais certaines, comme SKF et ses 1250 salariés à St-Cyr-sur-Loire, y songent et essaient de favoriser ces trajets à vélo.

Mon vélo électrique m'a coûté 3000€ et c'est vrai que si l'entreprise fait quelque chose pour nous aider, je serai content - Pascal, employé chez SKF

Comme tous les matins depuis quatre ans, Patrick chevauche son vélo pour aller travailler. Cela lui fait gagner du temps et de l'argent puisqu'il a revendu sa voiture, mais il estime être plus vigilent quant à la sécurité. " Moi je suis privilégié puisque depuis chez moi j'ai une piste cyclable donc je ne suis pas trop en danger. Mais parfois, il y a des véhicules qui se mettent en travail et ça peut devenir dangereux."

Des râteliers sont mis au pied des bureaux de l'entreprise SKF. - Radio France
Des râteliers sont mis au pied des bureaux de l'entreprise SKF. © Radio France - Yvan Plantey

L'entreprise SKF répond avec un bon d'achat pour un kit de sécurité d'une valeur de 60€ pour s'acheter un casque, un gilet jaune, ou même une pompe à vélo. Ce bon peut sembler bien maigre quand on voit le nombre de vélos électriques sur les supports et surtout combien que ça coûte. "Le mien m'a coûté 3000€ et c'est vrai que si l'entreprise fait quelque chose pour nous aider, je serai content ", indique Pascal qui vient au travail sur son vélo électrique depuis 10 ans.

Le Collectif Cycliste 37 regrette que le forfait annuel inscrit dans la loi de mobilité ne soit que facultatif... ce qui n'incite pas vraiment les entreprises à le mettre en place...