Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Indre-et-Loire : Grève et rassemblement à l'ouverture des négociations du PSE chez Sandvik à Fondettes

mercredi 28 novembre 2018 à 17:54 Par Xavier Louvel, France Bleu Touraine

Un barbecue devant l'usine à la mi-journée et une grève ce jeudi 29 novembre. Les 161 salariés de l'usine Sandvik à Fondettes vont se mobiliser à l'ouverture des négociations du plan de sauvegarde pour l'emploi. Sandvik a prévu de fermer l'usine dans le courant de l'année 2019.

Sandvick, le géant suédois, compte fermer dans le courant de l'année 2019 son usine de Fondettes (Indre-et-Loire)
Sandvick, le géant suédois, compte fermer dans le courant de l'année 2019 son usine de Fondettes (Indre-et-Loire) © Radio France - Xavier Louvel

Indre-et-Loire, France

Les négociations du plan de sauvegarde de l'emploi commencent ce jeudi 29 novembre chez Sandvik à Fondettes. Pour l'occasion, une journée de grève est appelée dans l'entreprise, avec un rassemblement à midi devant l'usine. 161 emplois sont menacés sur le site du géant suédois. L'annonce a été faite le 23 octobre. La production de "plaquettes carbure" pour l'industrie sera délocalisée à l'étranger. Depuis l'annonce, la production est loin de tourner à plein. Elle serait de l'ordre de 25% selon la direction de Sandvik. "Mais comment voulez-vous que les gens se motivent dans ces conditions?" dit Franck Lanne, le délégué CGT. Ils ne comprennent pas la fermeture de leur usine qui marche et dont le groupe de 43.000 salariés dans le monde a généré 1,3 milliard d'euros de bénéfices en 2017

Des élus sont annoncés au rassemblement devant l'usine Sandvik à midi

La première réunion après l'annonce de la fermeture de l'usine avait été très tendue. Ils espèrent cette fois être entendus. La RH de Sandvik-France sera présente autour de la table, comme le cabinet d'expertise-conseil Secafi pris par les représentants du personnel. Les salariés veulent des plans de formations, un congé de reclassement de 3 ans, et des indemnités supra-légales. Ils espèrent au moins les mêmes conditions de départ que lors du dernier plan social dans l'entreprise en 2015, où 45 personnes avaient été licenciées. La direction du groupe suédois a déjà avancé quelques pistes, comme des reclassements au sein du groupe ou à l'extérieur.