Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Retrouvez les résultats définitifs du second tour des Municipales, commune par commune

Tous les résultats
Dossier : Coronavirus Covid-19

Indre-et-Loire : "L'Etat doit imposer un confinement total" réclame un délégué du centre d'appels Armatis

-
Par , France Bleu Touraine
Tauxigny, France

Le centre d'appels de Tauxigny, au sud de Tours, a vécu un débrayage ce mercredi matin pendant deux heures. Les salariés sont inquiets à l'idée de poursuivre leur activité sur un seul plateau d'appels.

Illustration
Illustration © Maxppp - M. Delage

Un large partie des 300 à 400 salariés présents aujourd'hui, "près de 90%" selon un délégué syndical, ont débrayé ce mercredi matin, entre 10h et 12h, au centre d'appels Armatis de Tauxigny, au sud de Tours. Ils dénoncent la poursuite de l'activité imposée par la préfecture d'Indre-et-Loire car il est d'utilité publique pour répondre à des clients d'Enedis explique la représentante de l'Etat. 

Ce droit de retrait, c'est un message d'alerte pour la préfecture d'Indre-et-Loire. Alexis Gobet, délégué Force Ouvrière

Depuis hier, la direction d'Armatis a renforcé les mesures de prévention de lutte contre le coronavirus, avec commande de lingettes notamment pour nettoyer les claviers. Parallèlement, les effectifs sont moindres en ce mercredi, parce que des salariés fragiles sont restés chez eux, d'autres, par panique, ont décidé d'être en arrêt, et certains ont fait jouer leur droit de garde d'enfant pour ne pas venir au travail.

Une réunion s'est tenue ce mercredi matin, avec une délégation de salariés, la responsable des ressources humaines et le directeur du site par intérim. Les échanges ont parfois été tendu. "Ce droit de retrait, c'est un message d'alerte à la préfecture d'Indre-et-Loire, au gouvernement. Ils doivent prendre leur responsabilité, faire un geste fort et décider d'un confinement total. L'entreprise fait ce qu'elle peut, Armatis prend des mesures, mais en quoi notre activité est essentielle pour le pays?" demande Alexis Gobet 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu