Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Indre-et-Loire : les élus du département s'opposent à la fermeture des trésoreries municipales au 1er janvier 2020

-
Par , France Bleu Touraine

Les élus du département demandent une concertation avec l'Etat sur le projet de fermetures de trésoreries au 1er janvier 2020. Ils estiment que cette annonce a été faite sans concertation et prive les habitants d'un service public de proximité.

Les élus du département demandent une concertation avec l'Etat
Les élus du département demandent une concertation avec l'Etat © Maxppp - PQR/L'Est Républicain/Maxppp

Indre-et-Loire, France

L'annonce avait été faite à la mi-juin par le directeur des Finances Publiques d'Indre-et-Loire, Jacques Bazard, et avait surpris tout le monde. Toutes les trésoreries municipales seront fermées d'ici 2020, et seront remplacées par des Maisons de Services au public, des structures qui n'ont pas toujours les compétences pour répondre à ces nouvelles missions. Dans ce cas, les personnels présents dans ces 25 permanences qui seront ouvertes d'ici 2022, seraient uniquement habilités à faire remonter les questions des usagers.

Le projet n'a fait l'objet d'aucune concertation

Seules 4 trésoreries seraient à la disposition du public au 1er janvier 2020 : Tours, Chinon, Loches et Amboise, spécialisée dans la fiscalité des entreprises. Cette restructuration inquiète les élus du département qui viennent de signer une lettre pour s'opposer à ces fermetures. Dans cette lettre co-signée par le président du Conseil Départemental Jean-Gérard Paumier, par le président de la Métropole, Phillipe Briand, et par tous les présidents de Communautés de Communes du Département, il est évoqué une vraie perte de proximité, avec parfois un déplacement de 50 km pour avoir un rendez-vous physique. Pour les élus, l'information va être transférée vers les Maisons de Services au Public, qui vont être surchargées et qui vont devenir un palliatif à un service nécessaire aux populations. 

Cela va à l'encontre du souhait exprimé lors du grand débat 

Les élus soulignent que le projet n'a fait l'objet d'aucune concertation, et qu'il va à l'encontre d'une revendication de proximité des services publics exprimée lors du grand débat. Ils demandent donc l'instauration  d'une concertation sur ce projet.