Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie - Social

Indre-et-Loire : les salariés de La Halle aux vêtements en grève

-
Par , France Bleu Touraine

Les salariés des magasins "la Halle aux vêtements" de Touraine ont fait grève ce samedi 30 novembre. À l'appel de la CFDT, les employés dénoncent l'absence d'augmentation de salaire depuis plusieurs années et le choix de distribuer une prime de participation entre deux et treize euros bruts.

Les salariés des magasins "la Halle aux vêtements" de Touraine ont fait grève ce samedi 30 novembre.
Les salariés des magasins "la Halle aux vêtements" de Touraine ont fait grève ce samedi 30 novembre. © Radio France - Thibault Lecoq

Tours, France

Une quinzaine de salariés de différents magasins "La Halle aux vêtements" du département ont manifesté ce samedi 30 novembre, devant le site de Tours Nord. "La Halle aux vêtements" est une filiale de Vivarte. Un groupe qui connaît des difficultés économiques dans un secteur tendu. Il a surtout une dette importante dont la restructuration a déjà entraîné des licenciements et plans sociaux. Les salariés demandent une nouvelle négociation pour une revalorisation des salaires et une véritable prime d'intéressement après plusieurs année sans changement. Le dernier texte, signée par la CFE-CGC, la CGT et la CFTC, offre une augmentation de 0 % et un prime entre deux et treize euros

Une répartition injuste

Nicolas Ubel, le secrétaire général de la CFDT service Val de Loire dénonce cet accord. "Les salariés en ont marre d'être pris pour des vaches à lait", assure-t-il. Coralie travaille dans le magasin de Chinon et est dans l'entreprise depuis cinq ans. Son salaire n'a augmenté que grâce à la revalorisation du SMIC. "Alors avant de parler d'augmentation, j'aimerais qu'on augmente mon salaire de base. Ça serait déjà pas mal", explique-t-elle. Beaucoup d'employés sont aussi en temps partiel. "Je suis à 30 heures, j'ai une collègue qui travaille 25 heures", égrène Coralie. Dans le même temps, les dirigeants ont touché 400 000 € de primes selon les syndicats. Une injustice constatée par certaines directions de magasins qui soutiennent discrètement la grève. Un cadre de l'entreprise dans le département a regretté qu'il y ait eu beaucoup d'argent pour assez peu de monde.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu