Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Indre-et-Loire : on manque de distributeurs de billets en secteur rural

-
Par , France Bleu Touraine

Dans de nombreuses communes d'Indre-et-Loire, il n'y a pas de distributeurs de billets. Les clients doivent faire plusieurs dizaines de kilomètres pour retirer de l'argent liquide. Les commerçants, dans ces secteurs, jouent de plus en plus le rôle de banque.

La Fédération des banques estime que les français vivent à moins de 15 km d'un distributeur
La Fédération des banques estime que les français vivent à moins de 15 km d'un distributeur © Maxppp - Patrick Lefevre/Belpress/Maxppp

Indre-et-Loire, France

Si vous habitez à la campagne, vous l'avez peut-être constaté : dans certains secteurs, retirer de l'argent liquide, un geste pourtant banal, devient de plus en plus difficile. La Banque de France planche d'ailleurs sur une cartographie de l'accès aux espèces, alors qu'aucune contrainte réglementaire n'existe. Les banques sont en effet libres d'installer des distributeurs ou elles le veulent, et du coup, les zones les moins peuplées, et donc les moins rentables, sont délaissées. 

A Saint-Branchs, commune de 2.600 habitants, aucune banque n'a voulu installer un distributeur malgré un projet  d'investissement communal de 9.000 euros

A Saint-Branchs par exemple, une commune de 2.600 habitants au sud de Tours, on peut retirer de l'argent liquide uniquement dans deux magasins. Autrement dit, uniquement aux heures d'ouverture. La municipalité a voulu y remédier en investissant 9.000 euros pour créer un local, en plein centre ville, il y a plusieurs années. Malheureusement, aucune des 8 banques contactées n'a voulu s'y installer,  ce que regrette évidemment le maire de Saint-Branch, Patrick Nathié. A chaque fois qu'on organise des manifestations (notamment des vide-greniers) dans la commune, les gens, même de passage, nous posent à chaque fois la même question : où puis-je retirer de l'argent ? Les banques sollicitées répondent qu'il y a deux points de retrait chez des commerçants et que le problème de rentabilité d'un futur DAB est posé.  

Les habitants utilisent le système du cash-back, un système pas acceptable pour la CLCV

Actuellement, les habitants de Saint-Branchs utilisent le système du cash-back. Ils font un chèque à un commerçant d'un montant supérieur à leur achat et se voient restituer du liquide. Mais ce système n'est pas acceptable pour l'association de consommateur CLCV. Pour sa président Marie-Claude Fourrier, les commerçants n'ont pas à devenir des banquiers. Sans compter que dans les petits villages, les commerçants sont en voie de disparition également. Cela veut dire que les personnes feront 20 ou 30 km pour retirer de l'argent liquide. Etre client d'une banque implique un service ! Pour la Fédération bancaire française, 99,7% des français vivent à moins de 15 km d'un accès aux espèces. Cependant, la Fédération reconnait que le nombre de DAB décline sur le territoire national. Au niveau de L'Indre-et-Loire, ni la Banque de France, ni les banques n'ont répondu à nos sollicitations. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu