Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

La CCI de Touraine évalue l'impact de la création d'un village des marques à Sorigny, au sud de Tours

-
Par , France Bleu Touraine, France Bleu Poitou

Quel impact aurait un village des marques installé à Sorigny au sud de Tours sur le commerce local? La Chambre de Commerce et d'Industrie de Touraine a commandé une étude à un expert qui a suivi l'implantation des 28 villages des Marques actuellement existants en France et de 40 projets.

photo illustration : Village des marques à proximité de Toulouse
photo illustration : Village des marques à proximité de Toulouse © Maxppp - ©Nathalie Saint Affre

7 projets déjà déposés pour un village des marques dans le sud Touraine

Cette étude ne devait répondre qu'à une seule question : l'installation d'un village des marques à Sorigny à la sortie sud de l'agglomération tourangelle aura-t-elle un impact sur le commerce de proximité ? 

La CCI de Touraine avait commandé cette étude à un de ses collègues de la CCI de Troyes qui depuis 25 ans a suivi les dossiers de plus d'une cinquantaine de projets et d'installation de villages de marques à travers toute la France.

Cela fait des années que le sud de la Touraine, le Nord de la Vienne et l'est de l'Anjou sont courtisés par les porteurs de projet de villages des Marques. Il y en a eu au total 7 ces dernières années ! il faut dire que cette zone représente près de 3 millions d'habitants.

L'étude a déterminé trois zones en fonction du nombre de kilomètres pour atteindre le village : la première couvre l’Indre-et-Loire et la Vienne jusqu'à Châtellerault. La seconde passe par Vendôme, Poitiers, Saumur et la Flèche et enfin la troisième s'étend au delà , de 1 heure à une heure et demi en voiture.

500 emplois directs créés et 76 millions de chiffre d'affaire par an 

Potentiellement, toujours selon cette étude, le village des marques pourrait créer 500 emplois hors restauration et hôtellerie, générer 76 millions d'euros de chiffre d'affaire par an. Il pourrait accueillir près de 1 300 000 visiteurs par an et le consommateur devrait repartir avec un panier moyen de 150 euros. A cela doit être ajouté le très fort attrait touristique de la région entre les châteaux, le Futuroscope et par exemple le Zoo-Parc de Beauval qui pourraient eux aussi drainer une clientèle de touristes commerciaux comme on les appelle dans les villages des marques.

Le village des marques aura un impact sur le commerce et l'emploi local 

Selon l'étude, un peu plus de 150 emplois pourraient être perdus et plus d'une cinquantaine de commerces fragilisés sur l'ensemble des trois zones concernées. Ce sont les chiffres de l'étude présentée par Didier Moret de la CCI de l'Aube, expert dans le développement des villages des marques depuis 25 ans. Pour lui, on est très loin des cataclysmes que certains opposants mettent en avant pour refuser l'implantation. Sans minimiser l'impact sur les commerces de proximité, il affirme ne pas avoir vu - sur une vingtaine d'implantations qu'il a pu suivre en France - de désertification des centre-villes. Il a même "assisté à une complémentarité entre le cœur de ville et le village des marques comme à Miramas ou en Alsace". 

Philippe Roussy, le président de la CCI Touraine précise de son côté qu'en Indre et Loire "depuis 6 ans, 11 % des commerces d'équipement à la personne qui pourraient être directement concernés par le village des marques, 11% de ces commerces sont fragilisés voire ont disparu car ils n'ont pas pu (ou su) résister à la concurrence d'internet". 

Après cette étude, il ne reste plus aux élus qu'à prendre une décision.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess