Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Indre-et-Loire : tous les syndicats appellent à la grève chez Pôle Emploi

-
Par , France Bleu Touraine

Les agents Pôle Emploi sont appelés à faire grève, ce mardi 20 novembre, pour protester contre la suppression de 800 postes en 2019. En Centre-Val de Loire, pour la première fois, tous les syndicats appellent à se joindre au mouvement.

800 postes vont être supprimés en France, chez Pôle Emploi.
800 postes vont être supprimés en France, chez Pôle Emploi. © Radio France - Adrien Bossard

C'est une grande première en Centre-Val de Loire. Les sept syndicats de Pôle Emploi, dans la région, appellent à la grève ce mardi 20 septembre, pour dénoncer la suppression de 800 postes en 2019, alors que l'Assemblée nationale doit voter le projet de budget pour l'an prochain. 

On est victime du Pôle Emploi 'bashing' et le gouvernement y participe", Chrystèle Charret, déléguée CGT en Indre-et-Loire

Si l'intersyndicale est aussi unie, c'est qu'elle manifeste un ras-le-bol général. Déjà, en 2018, Pôle Emploi a perdu 138 postes, en Centre-Val de Loire. "Et là, on va encore en rajouter, s'exaspère Philippe Oliveira, délégué Force Ouvrière, dans la région. Les suppressions, pour le Centre-Val de Loire, vont correspondre à l'équivalent d'une agence moyenne qui ferme."

Face à ce constat, il est aujourd'hui "difficile de faire son travail", reconnaît Chrystèle Charret, déléguée CGT en Indre-et-Loire. La syndicaliste parle d'un service public dégradé. "Aujourd'hui, on ne reçoit plus les demandeurs d'emploi que le matin, les délais s'allongent pour avoir un rendez-vous et on ne communique plus que par mail. Il n'y a plus d'humain. Ce n'est pas ma conception du service public. Mais comment voulez-vous faire autrement, quand des collègues ont parfois jusqu'à 700 demandeurs d'emploi dans leur portefeuille ?" 

Chrystèle Charret en veut surtout à sa hiérarchie : "On est détesté des demandeurs d'emplois. C'est normal, on ne les voit plus. Mais la faute à qui, vu que l'on supprime toujours plus de postes. On est victime du Pôle Emploi 'bashing' et le gouvernement y participe, tout comme notre hiérarchie." 

De plus en plus de services externalisés

Son collègue, Philippe Oliveira approuve cette analyse, et regrette que de plus en plus de services soient externalisés. "Aujourd'hui, nos gestionnaires des droits, par exemple, sont amputées de plusieurs missions. Elles sont confiées à des entreprises privées. Et demain ? On nous parle aussi des courriers qui seront gérées par ces entreprises. Or, ces courriers de demandeurs d'emplois, il ne faut pas juste les ouvrir. Il faut les analyser, ce qui est notre rôle. En faisant ça, on va rallonger les délais de réponse. Hier, un demandeur d'emploi avait une réponse dans la journée. Demain, il faudra des jours." 

Des agences potentiellement fermées avec la grève

Un rassemblement prévu ce mardi 20 novembre à 8h45 devant le Pôle Emploi du quartier des Deux Lions, à Tours, pour alerter les demandeurs d'emploi de la situation. Des agences pourraient même fermer en Indre-et-Loire en fonction du nombre de grévistes.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess