Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Indre-et-Loire : un grand repas ce samedi soir pour les anciens salariés de Tupperware à Joué-les-Tours

-
Par , France Bleu Touraine

Près de 400 personnes devraient se retrouver ce samedi soir pour un grand repas, deux ans jour pour jour après l'annonce de la fermeture de l'usine Tupperware à Joué-lès-Tours.

Avec la fermeture de l'usine Tupperware de Joué-les-Tours, ce sont 235 salariés qui perdent leur emploi
Avec la fermeture de l'usine Tupperware de Joué-les-Tours, ce sont 235 salariés qui perdent leur emploi © Radio France - Alice Kachaner

Joué-lès-Tours, France

Date symbolique, et douloureuse, pour les 235 anciens salariés de l'usine Tupperware à Joué-lès-Tours. Il y a deux ans jour pour jour, le 19 octobre 2017, était annoncée la fermeture du site jocondien. Ce samedi soir d'ailleurs, ces anciens salariés se retrouvent pour dîner tous ensemble. Il devrait y avoir près de 380 personnes, conjoints compris. 

Sophie Le Pennec est, elle, toujours en congé de reclassement. Etant membre du CE, elle a fait partie des derniers licenciés. A maintenant 49 ans, et après 25 ans passés chez Tupperware, elle a déjà réalisé plusieurs formations et aimerait trouver un nouvel emploi dans le domaine de la logistique. Elle sera ce samedi soir au repas des anciens salariés. "C'est sympa de voir qu'après ces années là, les gens arrivent quand même à garder contact, c'est émouvant même. Mais la blessure ne sera pas refermée de suite. Ca va mettre du temps, même si beaucoup ont retrouvé du travail, il y a des dates qui resteront gravées. Le 18 octobre, mon fils avait 18 ans. Et le 19, on m'apprend que je suis licenciée ! On était partis pour passer un bon week-end et on a passé un mauvais, très mauvais week-end. Moi je garderai toujours un peu de rancoeur, ça ne s'estompera jamais. _On ne peut pas oublier, ça restera tout le temps dans notre tête_". Son congé reclassement se termine début décembre.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu