Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Indre : les 150 emplois annoncés chez Azur-Med se font toujours attendre à Lacs

-
Par , France Bleu Berry

Après la suppression de 240 postes suite à un plan social chez Fenwal, la société Azur-Med s'est installée à Lacs avec la promesse de 150 embauches environ en trois ans. On en est encore très loin.

Le bâtiment accueillera bientôt les presses d'Azur-Med
Le bâtiment accueillera bientôt les presses d'Azur-Med © Radio France - Gaëlle Fontenit

Lacs, France

À Lacs, l'installation d'Azur-Med représente un grand espoir. Celui de pouvoir attirer des salariés et de tourner la page du plan social chez Fenwal, avec 240 suppressions de postes à la clé. Fin 2016, l'annonce de la création de 150 emplois en trois ans sur le site était faite. Mais force est de constater, fin 2019, qu'on est loin du compte. "Pour l'instant, on est dans le flou. Il faut faire attention aux effets d'annonce", réagit le maire de Lacs, Philippe Aubrun-Sassier. 

La direction d'Azur-Med croit au projet

Pour cet élu encore touché par le plan social chez Fenwal, l'hypothèse d'un échec du projet d'Azur-Med est un coup dur. Mais la direction de la société se veut formelle sur un point : le projet ira jusqu'au bout. Pas question de quitter Lacs, pas question de quitter le département de l'Indre. Plus de 11 millions d'euros vont être investis. Il faut encore un peu de patience avant que tout se mette en place, notamment la partie médicale. 

Le maire de Lacs lui ne cache pas son impatience. Il rappelle que les collectivités se sont engagées, ont soutenu les projets. 900 000 euros de subventions publiques ont été versées pour une aide à l'installation. "Tous ces investissements, il faudra les rembourser. Ce sont les contribuables qui vont devoir payer. C'est du pouvoir d'achat en moins, c'est de l'argent qui n'est pas réinjecté ensuite", déplore Philippe Aubrun-Sassier.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu