Passer au contenu

Le média
de la vie locale

Publicité
Logo France Bleu

Indre : les clients du Relais du Bac attendent la réouverture de leur bistrot avec impatience

Par

Comme les restaurants, les cafés fermés depuis le 15 mars devraient rouvrir la semaine prochaine. On devrait en savoir plus ce jeudi lors de l'intervention du Premier Ministre Edouard Philippe.Près de Nantes, à Indre, les habitués du Relais du Bac attendent la réouverture avec impatience.

Fred Michoux a racheté l'établissement à l'automne dernier Fred Michoux a racheté l'établissement à l'automne dernier
Fred Michoux a racheté l'établissement à l'automne dernier © Radio France - Anne Patinec

Maurice et son chien font partie des habitués du Relais du Bac, sur les quais face aux bacs qui traversent la Loire. Le retraité aime s'arrêter prendre un verre quand il promène Benji. Mais depuis le 15 mars, il est privé de sa pause bistrot. Sur le quai, tous les établissements sont fermés. 

Publicité
Logo France Bleu

Ça nous manque terriblement, terriblement. L'ambiance, la compagnie, la convivialité. Autant j'aime bien boire un petit verre avec les amis, autant à la maison, tout seul, ça n'a aucun intérêt. - Maurice, retraité et fidèle client du Relais du Bac

L'établissement fait face à la Loire © Radio France - Anne Patinec

Celui qui d'habitude sert à boire au retraité c'est Fred Michoux. Il a racheté l'établissement en octobre dernier avec un ami et il a hâte de retrouver ses clients: "Il me tarde de rouvrir. Des fois dans ce métier, on en a marre de voir des gens mais passer de plus d'une centaine de personnes par jour à plus personne, ça fait quand même bizarre. Et c'est là qu'on se rend compte du rôle social du bistrot", explique le patron derrière son comptoir vide. Les jours de marché, le dimanche, l'établissement qui emploie huit salariés, affiche complet.  

Vente à emporter

Le midi, habituellement, le Relais du bac gère en moyenne 90 couverts parmi lesquels une majorité de salariés qui font leur pause-déjeuner. En attendant la réouverture du bar-restaurant, pour avoir un peu d'activité, Fred et son associé ont développé la vente à emporter. Ils proposent des bouteilles de vin et de bière ainsi que des plats du jour. Là aussi, ils ont leurs habitués, notamment des gens qui veulent éviter les grandes surfaces et ceux qui en ont marre de cuisiner après deux mois de confinement.

Les clients peuvent acheter des plats, du vin et de la bière à emporter © Radio France - Anne Patinec

Etre fixés sur les mesures de réouverture

Après plus de deux mois de fermeture, les deux patrons du Relais du Bac aimeraient enfin savoir dans quelles conditions ils vont pouvoir rouvrir afin de s'organiser. Le respect des distances au comptoir s'annonce d'ores et déjà compliqué. Ils aimeraient savoir quelle est la surface minimale par client afin de connaître la nouvelle capacité de leur établissement. 

Faut-il des séparations en plexiglas? De nombreuses questions restent en suspens. Car même si les habitués vont pouvoir revenir, le bistrot ne sera forcément pas tout à fait comme avant le coronavirus. 

Ma France : Économies d’énergie

Hausse généralisée du coût de la vie, risque de pénurie d’électricité ou de gaz, phénomènes climatiques extrêmes : ces crises bouleversent nos quotidiens, transforment nos modes de vie, nous poussent à dessiner les contours d’horizons nouveaux. Pour répondre à ces défis, France Bleu et Make.org lancent une grande consultation citoyenne autour des économies d’énergie. Prenez position sur ces solutions & proposez les vôtres !

Publicité
Logo France Bleu