Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Indre : les finances des cabinets d'avocats en berne à cause de l'épidémie Covid-19

-
Par , France Bleu Berry

A cause de l'épidémie de coronavirus, les cabinets d'avocats tournent au ralenti. Le TGI de Châteauroux est fermé, les avocats ne reçoivent plus leurs clients. Marie-Laure Briziou-Henneron, bâtonnier de Châteauroux s'inquiète de l'avenir financier des cabinets du département de l'Indre.

Maître Briziou-Henneron, bâtonnier de Châteauroux
Maître Briziou-Henneron, bâtonnier de Châteauroux © Radio France - Jérôme Collin

Les cabinets d'avocats subissent de plein fouet les conséquences de l'épidémie de coronavirus.  Les cabinets de l'Indre sont majoritairement fermés, faute de travail explique le bâtonnier de Châteauroux Marie-Laure Briziou-Henneron : 

"Le tribunal est fermé sauf pour les comparutions immédiates ou ce qui implique la liberté d'un justiciable. Sinon aucun avocat n'a le droit d'y entrer. Aucun client ne se déplace en cabinet pour des consultations. Alors la majorité des cabinets du département ferment."

Peu de réserve de trésorerie 

Les avocats ne peuvent pas compter sur leur trésorerie. Il leur reste pas ou peu de fonds, et avec le confinement, les chances d'obtenir de prochains revenus sont maigres, déplore Maître Marie-Laure Briziou-Henneron: 

"On se contente de petites taches administratives. Mais l'essentiel de notre travail se fait auprès des justiciables, or avec le confinement, c'est devenu impossible. Cette situation nous fragilise beaucoup car nous sortons de deux mois de grève contre la réforme des retraites. Nos trésoreries étaient déjà fragilisées avec cette mobilisation. Actuellement, tous les cabinets du département subissent de plein fouet l'impact économique que le confinement représente, qu'ils soient grands ou petits." 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess