Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie - Social

Indre : mobilisés contre la réforme des retraites...mais sur le terrain pour rétablir l'électricité

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Berry, France Bleu

Des agents d'Enedis de l'Indre notamment, étaient sur le terrain encore ce samedi pour rétablir l'électricité dans les communes où les coups de vent ont fait des dégâts. Des agents sur le terrain pour rétablir le courant, mais toujours mobilisés contre la réforme des retraites.

Des camions d'Enedis de l'Indre en intervention ce samedi, recouverts de slogan hostiles à la réforme des retraites
Des camions d'Enedis de l'Indre en intervention ce samedi, recouverts de slogan hostiles à la réforme des retraites

Châteauroux, France

Les coups de vent qui ont balayé le Berry ces deux derniers jours ont provoqué de nombreuses coupures de courant dans l'Indre et le Cher notamment. Au plus fort de la crise, 10 000 foyers ont été privés d'électricité dans la région Centre-Val de Loire. Les agents d'Enedis ont été une nouvelle fois mobilisés, et notamment ce week-end, pour réparer les lignes endommagées et permettre le retour de l'électricité : " On a le sens du service public. Même si on est mobilisés contre la réforme des retraites, il n'est pas question pour nous de ne pas aller sur le terrain pour réparer les lignes " souligne un agent d'Enedis de l'Indre, sur le terrain ce samedi avec ces collègues, pour rétablir le courant.

Mobilisés pour que les foyers qui en sont temporairement privés, retrouvent l'électricité mais tout autant déterminés à afficher leur hostilité au projet de réforme des retraites du gouvernement. Alors, symboliquement, sur les chantiers de réparation, les agents ont affiché leur colère sur les camions d'intervention : "Non à la réforme des retraites, oui à un service public de qualité" pouvait-on lire ce samedi sur le flanc d'une nacelle d'un camion en intervention du coté d'Ardentes.

Les agents d'Enedis veulent ansi défendre leur régime spécial : "C'est vrai, on part plus tôt à la retraite, (Ndlr : ouverture des drois possible dès 55 ans pour les agents de "service actif" et un départ en retraite possible entre 55 et 57 ans) mais il faut tenir compte des astreintes, du travail les week-ends ou encore de la pénibilité". Une remise en cause de leur régime spécial que les intéressés ne comprennent pas, d'autant que leur caisse est excédentaire.

Un slogan sur un camion d'Ennemis - Aucun(e)
Un slogan sur un camion d'Ennemis

La pension des électriciens et gaziers est calculée sur les six derniers mois comme dans la fonction publique. En moyenne, ils prennent leur retraite à 58,9 ans (chiffre 2018). L'âge légal est de 62 ans pour les générations nées en 1962. Ils peuvent partir jusqu'à cinq ans plus tôt, selon les métiers.

Mobilisés sur le terrain et contre le projet du gouvernement, les agents d'Enedis de l'Indre ont bien l'intention de dire leur colère, mardi prochain pour la nouvelle journée d'action contre la réforme des retraites.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu