Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Indre : l'usine Liberty Wheels reste à l'arrêt à cause du manque de commandes

-
Par , France Bleu Berry

Les volumes des commandes sont insuffisants pour reprendre le travail sur le site de l'usine Liberty Wheels, à Diors.

Liberty Wheels (15 janvier 2020)
Liberty Wheels (15 janvier 2020) © Radio France - Lisa Guyenne

L'usine Liberty Wheels de Diors reste à l'arrêt. Aucune date de reprise du travail n'a été actée, ce jeudi, lors d'un CSE. 95% des 287 salariés sont au chômage partiel depuis le 17 mars, date du premier jour de déconfinement. Et l'usine de fabrication de jantes en aluminium subit de plein fouet les conséquences de la crise économique. Liberty Wheels travaille essentiellement avec Renault et Peugeot. Les ventes des deux constructeurs automobiles ont chuté de plus de 80% en avril. Les sous-traitants en ressentent les conséquences.

Pas assez de commandes pour reprendre le travail sans pertes

"Si on ne veut pas nous faire mourir et qu'on vive, il faut que Renault et Peugeot nous donnent des commandes", prévient Claude Biaunier, délégué CGT. Car pour le moment, le carnet n'est pas assez rempli. En cas de reprise de l'activité, Liberty Wheels travaillerait à perte. Avant même le début du confinement, le site perdait environ un million d'euros par mois. "Les volumes ne sont pas suffisants pour reprendre le travail. Renault et Peugeot se renvoient la balle. C'est à l'État, qui est actionnaire, de leur demander de nous donner des productions", insiste Claude Biaunier.

Le représentant syndical rappelle que Liberty Wheels est la dernière entreprise à fabriquer des jantes en aluminium en France. Il regrette le manque d'investissements. "On en demande beaucoup à l'État. Mais les actionnaires n'ont pas assez mis d'argent sur le site. Comment voulez-vous qu'on puisse continuer avec des machines pourries jusqu'à l'os ?", demande Claude Biaunier.

Un nouveau point sera fait sur la situation jeudi 4 juin, à l'occasion d'un CSE extraordinaire. La reprise d'activité sera étudiée.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess