Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Indre : un escaliéteur berrichon dans l’émission D&CO sur M6

jeudi 2 mars 2017 à 18:12 Par Armêl Balogog, France Bleu Berry

Valentin Halfon intervient dans l’émission de décoration depuis juin 2016, avant même d’avoir fondé sa société HV Escaliers Concept en décembre 2016.

Valentin Halfon de HV Escaliers Concept est partenaire de l'émission D&CO sur M6
Valentin Halfon de HV Escaliers Concept est partenaire de l'émission D&CO sur M6 © Radio France - Armêl Balogog

Méobecq, France

En 2014, on a déjà pu voir son père, Cyrille Halfon, présenter un escalier « en chêne de la forêt de Châteauroux », aux côtés de Valérie Damidot, quand elle tenait encore les rênes de l’émission D&CO sur M6. Un escalier « qui donne l’effet campagne » que la propriétaire des lieux désirait, « tout en donnant un côté moderne avec les tiges en acier ». Depuis juin 2016, le fils a pris le relais auprès de la chaîne.

Sur M6 avec « la crème de la crème »

« On a fait notre premier chantier ensemble » en juin dernier, explique Valentin Halfon, 28 ans. « Ca a permis de poser les choses, de montrer nos différents modèles », et convaincre aussitôt Sophie Ferjani – qui a remplacé Valérie Damidot – d’en faire un consultant régulier pour les escaliers, et ponctuellement pour les tables (dans une péniche, comme pour l’émission du samedi 4 mars 2017).

Après chaque émission on a toujours des demandes de devis, des contacts. Et lorsqu’on rencontre de nouveaux clients qui ne nous ont pas forcément vus, quand on leur en parle, effectivement ça sécurise un petit peu, ça donne confiance. – Valentin Halfon, HV Escaliers Concept

De la conception au montage

Valentin Halfon a fondé HV Escaliers Concept en décembre 2016. Une « pépinière d’entreprise ». Lui déniche les nouveaux contrats, fait la communication, propose de nouveaux design et prend des prestataires locaux pour réaliser les escaliers (en verre, en acier, en inox, en chêne, suspendu, classique, domotique, etc.) ou encore les cheminées – la société se diversifiant. Tous aident d’un bout à l’autre de la production.

Il y a une confiance qui s’est mise en place. Ils savent que si HV Escaliers Concept a des clients, eux derrière ont du travail. – Valentin Halfon, HV Escaliers Concept

Romain Belondo de Soudure prestation 36 assemble les parties en métal des créations. Kevin Durand taille la pierre pour les escaliers mais aussi les cheminées. Romain Emeriaud de A3 Technique est dessinateur industriel, il est chargé de modéliser les nouveaux designs et de faire des graphiques permettant aux clients de se projeter. Bientôt, un nouveau prestataire pourrait arriver, spécialisé dans la ferronnerie d’art.

Une vocation depuis l’enfance

Cette société, c’est l’aboutissement d’une vocation révélée depuis l’enfance, quand Valentin Halfon regardait son père escaliéteur travailler.

Ce métier, je l’ai découvert étant très petit. Dès l’âge de 14 ans, j’ai voulu vraiment apprendre le métier, je suis parti sur les routes avec mon père. Pour des raisons qui sont les miennes, j’ai changé d’activité, et fin 2016 j’ai décidé de revenir à mes premiers amours. – Valentin Halfon, HV Escaliers Concept

Le patron a racheté une partie des locaux de l’entreprise de son père, à Méobecq dans l’Indre. Un hangar de 2.500 mètres carré qu’il est en train de réaménager. Deux mois après son ouverture, l’entreprise se porte bien, elle est déjà bénéficiaire. Les quatre travailleurs ont conçu une dizaine d’escaliers, « de 2.000 euros à l’infini », pour des clients quasiment essentiellement franciliens.