Économie – Social

Industrie : un quart d'emplois en moins en dix ans en Lorraine, quelles transformations pour les entreprises ?

Par Ulysse Khalife, France Bleu Lorraine Nord vendredi 20 janvier 2017 à 9:09

Patrick Tassin, président du CESER Grand Est
Patrick Tassin, président du CESER Grand Est © Maxppp - PHOTOPQR/LE REPUBLICAIN LORRAIN

Alors que François Hollande rend visite aujourd'hui dans les Vosges à des entreprises de bois et de textile, la question se pose : l'industrie a-t-elle encore de l'espoir en Lorraine ? Oui estime Patrick Tassin, président du CESER, le Conseil économique, social et environnemental dans le Grand Est.

34 500. C'est le nombre d'emplois en moins dans le secteur de l'industrie en Lorraine ces dix dernières années, soit un quart des emplois de ce secteur. De très mauvais chiffres selon Patrick Tassin, le président du CESER (Conseil économique, social et environnemental dans le Grand Est) : "D'autant plus qu'on perd en proportion plus d'emplois en Lorraine que dans le Grand Est, où on a quand même perdu un emploi sur cinq sur la même période".

Les exemples ne manquent pas, le plus récent en Moselle étant le groupe de boulangerie industrielle Neuhauser à Folschviller, qui compte supprimer 259 postes sur 600. "Au-delà de cet exemple, nous sommes entrés dans une nouvelle révolution industrielle. Et le problème est que nous avons pris trop de retard sur l'innovation", commente Patrick Tassin, qui invite les entreprises à transformer ces emplois : "mais cela implique de changer les formations initiales, continues et supérieures".

Pour autant, tout espoir pour l'industrie n'est pas mort, par exemple dans le secteur de l'automobile : la Sovab, à Batilly dans le Pays Haut meurthe-et-mosellan, a battu en 2016 son record de production, et montre qu'elle prend bien le virage : elle produira prochainement le "Master" électrique de Renault. Un exemple qui alimente l'optimisme du président du CESER :

Dans l'industrie, les carnets de commande ont repris de la vigueur, même si un quart des capacités de production reste inutilisé. Le regard doit être au moins à moyen terme. Pour l'exemple de l'automobile, il faut passer du diesel à l'électrique. Obligatoirement, ça va faire bouger notre région"

- Patrick Tassin, président du CESER, le conseil économique, social et environnemental dans le Grand Est

Une réflexion à mener pour ne pas se laisser dépasser, comme les secteurs miniers et sidérurgiques par le passé : "On a vécu pendant des siècles sur des acquis, particulièrement dans le Nord-Est de la France, les profits n'ont pas été utilisés pour sortir des vieux procédés", conclut Patrick Tassin.

Patrick Tassin, président du CESER Grand Est, invité de France Bleu Lorraine.