Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie - Social

Inégalité : une association berrichonne demande "une loi" pour obtenir "l'égalité salariale" femmes-hommes

-
Par , France Bleu Berry, France Bleu

À partir du mardi 5 novembre à 16h47 et jusqu'au 31 décembre, les femmes travailleront bénévolement à cause des inégalités de salaire avec les hommes selon les calculs de l’économiste militante Rebecca Amsellem. Le Comité Femmes Solidaires de la Châtre réclame une loi pour "l'égalité salariale".

À partir du 5 novembre, les Françaises travailleront gratuitement par rapport aux hommes
À partir du 5 novembre, les Françaises travailleront gratuitement par rapport aux hommes © Maxppp - Eric Audras

Châteauroux, France

À cause des inégalités salariales, les salariées françaises travailleront gratuitement à partir du mardi 5 novembre à 16 h 47. Pour la quatrième année consécutive, Rebecca Amsellem a procédé à l’estimation du moment de l’année où les travailleuses cesseront symboliquement d’être payées tandis que leurs collègues masculins continueront à toucher un salaire. L'équivalent donc d'environ deux mois de travail. Une injustice qui provoque indignation et colère dans le Berry. 

"Que le gouvernement bouge son cul !" - Delphine

Delphine travaille dans un laboratoire médical à Châteauroux. Et ce mardi à 16h47 précise, elle envisage "d'arrêter de travailler" dit-elle dans un grand éclat de rire. La jeune femme préfère en sourire mais ce constat la met en colère : "Je ne trouve pas ça normal du tout". Pour cette jeune castelroussine la seule solution "c'est que le gouvernement bouge son cul ! Il faut tout changer et à tous les niveaux !"

"Il faudrait une loi" - Comité Femmes Solidaires

Légiférer pour enrayer les inégalités de salaires, c'est ce que demande Marie-Françoise Caumon, la présidente du Comité Femmes Solidaires à la Châtre. "Il faudrait promulguer une loi pour que tous les salariés puissent avoir l'égalité salariale que l'on demande depuis des années". 

Des mesures jugées insuffisantes

Depuis le 1er janvier 2019, les entreprises d'au moins 1.000 salariés sont obligées de publier un index égalité femmes-hommes.Un effort de transparence qui reste toutefois insuffisant estime Marie-France Caumon. "On oublie toutes les petites entreprises et dans notre département il faut savoir que l'on a beaucoup de petites entreprises avec très peu de salariés" Et selon cette militante berrichonne, "les syndicats ne sont pas toujours présents et les femmes n'osent pas trop parler mais l'inégalité salariale existe fortement." Selon l’Insee, dans la région Centre-Val de Loire, les femmes touchent environ 18 % de moins que les hommes. C'est proche de la moyenne nationale.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu